10 personnages les plus sympathiques des films extraterrestres

Actualités > 10 personnages les plus sympathiques des films extraterrestres

La récente renaissance par Hulu de la franchise Predator, Prey, n’est pas seulement la meilleure entrée de la franchise depuis l’original de 1987, mais est également responsable du regain d’intérêt pour le Yautja et les bêtes cinématographiques similaires. Il reste à voir si le Xenomorph suivra les traces sanglantes de ses frères cinématographiques, mais il y a de fortes chances que la franchise soit étendue à plusieurs formats.

La série actuelle de bandes dessinées Aliens de Marvel aide à renforcer l’importance d’un personnage sympathique dans la franchise. Ellen Ripley de Sigourney Weaver est au-delà de l’intégrale, mais elle n’est pas une exigence. Alien a engendré une franchise qui a embrassé l’inclusivité, que ce soit la race, le sexe, l’orientation,

Ellen Ripley (Sigourney Weaver) — Quadrilogie extraterrestre (1979-1997)

On peut se demander si Alien serait l’un des films d’horreur les plus rentables des années 70 s’il n’était pas dirigé par l’un des protagonistes ultimes du cinéma. Ellen Ripley, interprétée par Sigourney Weaver, est la définition même de la force. Mais elle n’est jamais forte pour elle-même, car elle essaie rapidement d’assurer la survie de l’équipage du Nostromo tout comme Newt.

Ripley est une altruiste, et elle est aussi la personne la plus qualifiée pour affronter la bête la plus vicieuse de l’univers. Ce n’est pas parce qu’elle est spécialement formée, c’est parce qu’elle est directe. La chute de nombreux personnages de la franchise Alien est leur cupidité, et Ripley n’en possède aucune.

Dallas (Tom Skerritt) – Extraterrestre (1979)

Dallas est un capitaine à l’écoute de son équipage. Il n’est court avec personne et semble accorder autant d’importance à la vie de ceux qui l’entourent qu’à la sienne. Il est également joué par l’adorable Tom Skerritt, quelques années avant Top Gun et The Dead Zone.

Alien de Ridley Scott est un classique de la science-fiction pour d’innombrables raisons, parmi lesquelles sa retenue. Dallas est tué hors écran dans la coupe théâtrale (supérieure). Dans la coupe étendue, il s’est révélé être coconné contre un mur (un morceau d’imagerie qui serait utilisé dans Aliens et au-delà), mais il vaut mieux laisser seul la nature succincte de sa mort dans les tunnels de Nostromo et la création de tension précédente. Il est difficile et choquant pour le public de traiter la sortie rapide d’un personnage aussi sympathique du récit et de l’équipe.

Parker (Yaphet Kotto) – Extraterrestre (1979)

Yaphet Kotto était l’un des meilleurs acteurs d’Hollywood des années 70 et 80. Avec un début dans L’affaire Thomas Crown (l’original de Steve McQueen) et en tant que méchant de Bond dans Vivre et laisser mourir, il était plus établi que la majorité des acteurs d’Alien.

Pourtant, dans le film, il assume un rôle relativement discret : celui qui se plaint toujours de l’argent. Mais Parker de Kotto est tellement plus ; Sa présence est un véritable réconfort, il a un sens de l’humour fonctionnel et il ne se valorise pas par rapport aux autres. Parker obtient la mini-bouche de Xeno, mais ce n’est heureusement pas avant le début du film.

Pvt. Hudson (Bill Paxton) – Extraterrestres (1986)

En plus de détenir l’un des titres de suites de films les plus créatifs, Aliens possède également l’un des personnages secondaires les plus cités du cinéma dans Bill Paxton’s Pvt. Hudson. Ses cris de « Game over, mec! Game over! » est si parfait pour un grognement terrifié que le film ne serait pratiquement pas le même sans lui.

Certes, Hudson peut être un personnage accablant pour certains téléspectateurs. Il n’a pas beaucoup d’interrupteur et ses tirades sont souvent pleines de jurons, mais pour ceux qui sont entièrement à bord pour le ton des extraterrestres, le personnage de feu Paxton est un ajout nécessaire.

Dwayne Hicks (Michael Biehn) – Extraterrestres (1986)

Newt et le caporal Dwayne Hicks opèrent dans la même catégorie : des personnages extraterrestres qui auraient sans aucun doute dû être dans Alien³. Hicks est un homme gentil et décent qui soutient Ripley de la même manière que ses coéquipiers. Comme le petit Newt, Hicks est à la fois une personne d’honneur et une partie intégrante de l’expansion du personnage d’Ellen Ripley de manière organique, agréable au goût et substantielle.

L’interprète de Hicks, Michael Biehn, faisait à nouveau équipe avec le réalisateur James Cameron après leur tout aussi réussi et remarquable The Terminator, et cela veut dire quelque chose que Biehn’s Hicks est tout aussi mémorable que son Kyle Reese. Les extraterrestres ont mis Ripley dans un essaim, à la fois en termes de soldats masculins bourrus (principalement) et de Xénomorphes vicieux. Hicks est celle qui fait savoir à Ripley (et au public) qu’elle n’est pas encore complètement seule après les événements du Nostromo.

Bishop (Lance Henriksen) – Extraterrestres (1986)

Comme le Yautja de Predator et Prey, le Xenomorph chasse les humains pour le sport. Cependant, l’évêque de Lance Henriken (dans Aliens, pas Alien³) est un synthétique, il est donc en sécurité pour la plupart. Même encore, la prise de décision de Bishop tout au long de la durée du film est pour la préservation de la vie humaine, alors que le synthé du film précédent, Ash, a agi d’une manière bien à l’opposé.

Bishop parvient même à aider Ripley d’entre les « morts » dans Alien³. Malheureusement, ce dernier rencontre également l’homme responsable à la fois de l’apparence physique et de l’existence générale du synthé.

Soldat Vasquez (Jenette Goldstein) – Extraterrestres (1986)

Le soldat Vasquez est l’un des nombreux personnages de la suite de Cameron qui sont restés dans l’esprit du public enthousiasmé par la culture pop, dans la mesure où elle dirigera le prochain roman Aliens: Vasquez. Une grande partie de sa longévité est son interprétation avec l’aimable autorisation de Jenette Goldstein, qui, un an plus tard, jouerait dans le phénoménal Near Dark, réalisé par l’ex-femme de Cameron, Kathryn Bigelow (The Hurt Locker).

Vasquez est dur comme des clous; Une femme plus que capable de se débrouiller au milieu de marines musclés, armés de mitrailleuses et à la bouche grossière. Mais c’est aussi une personne douce capable de pardonner, même quand il s’agit de quelqu’un comme l’incompétent Lieutenant Gorman.

Clemens (Charles Dance) — Alien³

« The Dragon » (AKA Alien³’s Xenomorph) est l’un des meilleurs méchants des films de David Fincher, mais il n’est pas le seul dans le film. Ripley est entouré d’hommes vraiment détestables, mais Clemens (la star de Game of Thrones, Charles Dance) est un véritable diamant brut.

Fiorina 161 est une prison pour hommes ayant un penchant particulier pour le crime et l’agression générale. Clemens était autrefois prisonnier pour un crime qu’il admet avoir commis. Cependant, il estime que sa peine était légère, et même après sa libération, il reste en 161 en tant que médecin résident pour continuer sa pénitence. Malheureusement, il meurt un peu moins de la moitié du film, mais la mort prématurée de Clemens aide à confirmer à quel point il est sympathique et à quel point il manquera au spectateur.

Alexa Woods (Sanaa Lathan) – Alien Vs. Prédateur (2004)

Dans l’oubliable Alien vs. Predator de Paul WS Anderson, Sanaa Lathan incarne la technicienne environnementale « Lex » Woods, et sa performance principale est à la fois engagée et imposante. Woods accompagne Weyland Industries dans leur expédition vers une pyramide antarctique enterrée.

Il y avait beaucoup de potentiel dans l’emplacement d’Alien vs. Predator seul. Malheureusement, le film est gravement gêné par sa cote PG-13 et une courte durée avec trop d’ambition non réalisée à l’intérieur. Mais Woods est un protagoniste central fort à plus d’un titre, et Lathan porte facilement le poids du film sur ses épaules.

Walter (Michael Fassbender) — Alien : Pacte (2017)

Michael Fassbender possède le profondément imparfait Alien: Covenant tout comme il possédait le Prométhée profondément imparfait, conférant aux deux films une formidable qualité qui leur aurait autrement manqué. Comme David dans Prometheus, le Walter de Covenant est un synthé fait par l’homme à son image.

Mais Walter est bien plus docile que David, pratiquement domestiqué. Les deux sont des personnages intéressants car tous deux essaient de trouver leur place unique et sans âme dans un univers vaste et dangereux. Certes, David a l’avantage, mais la réflexion de Walter sur la définition de l’amour est à la fois convaincante et attachante.

★★★★★

A lire également