Une pause-prison tendue à l'époque de l'apartheid

Actualités > Une pause-prison tendue à l'époque de l'apartheid

Échapper à Pretoria est l'histoire vraie d'une ère d'apartheid, une évasion de prison en Afrique du Sud. Le film plonge d'abord dans la doctrine de la séparation raciste brutale; se concentre ensuite pleinement sur l'escapade complexe. Cela crée des tensions lorsque les prisonniers exécutent leur plan. Plusieurs moments où vous retenez votre respiration permettent à l'action de s'écouler à un rythme rapide. Daniel Radcliffe continue d'être audacieux dans ses choix d'acteur. Il porte Échapper à Pretoria avec une performance contenue, mais délibérée.

En 1978, Tim Jenkin (Daniel Radcliffe) et Stephen Lee (Daniel Webber) étaient des Sud-Africains blancs qui ont rejoint le Congrès national africain révolutionnaire (ANC). Dirigée par Nelson Mandela, qui était déjà emprisonné à Robben Island, l'ANC s'est battue contre le régime brutal d'apartheid des Afrikaners. Jenkin et Lee ont été surpris en train de planter des engins qui ont fait voler des tracts de l'ANC dans l'air. Ils ont été surnommés "Bombers à feuillets" et condamnés à la prison politique pour Blancs de Pretoria.

Les gardes afrikaners, alimentés par leur animosité raciale et leurs croyances de supériorité, méprisaient Jenkin et Lee. Ils avaient vendu leur héritage blanc sacré pour se battre pour les noirs inférieurs. Jenkin et Lee sont pris en charge par Denis Goldberg (Ian Hart), un prisonnier politique et allié de Mandela purgeant une peine à perpétuité. Alors que d'autres prisonniers acceptent leur sort, un Français belligérant, Leonard Fontaine (Mark Leonard Winter), refuse d'être brisé. Tim Jenkin, après avoir observé les gardes et les verrous de leurs cellules; élabore un plan ingénieux pour s'échapper.

Échapper à Pretoria s'ouvre sur des images choquantes de la violence de l'apartheid. C'est une brève attaque. Mais montre pourquoi les hommes de conscience, qui sont nés dans la race dirigeante et la classe supérieure; juré de lutter contre elle. Jenkin et Lee sont passés en prison avec d'autres prisonniers politiques. Ils ont partagé leurs convictions, en particulier Denis Goldberg, et ont contribué à leur plan. Ils étaient coupés du monde extérieur, mais voyaient quotidiennement comment les gardes battaient et maltraitaient cruellement les prisonniers noirs. Ces scènes feront bouillir votre sang.

Les écrous et boulons de l'évasion dominent le runtime. Jenkin, Lee et Fontaine pourraient être capturés à tout moment. Ils cachent habilement leurs outils bien en vue, mais ont de multiples revers. Daniel Radciffe est particulièrement doué sous la contrainte. Vous regarderez nerveusement le capitaine vicieux (Grant Piro) chercher dans sa cellule de la contrebande. Radcliffe semble sur le point de sortir de sa peau, mais reste cool dans plusieurs situations délicates.

J'ai eu quelques problèmes mineurs avec le film. Tout d'abord, il y a une dépendance excessive à la narration de voix off. Radcliffe, comme Jenkin, fournit un commentaire en cours qui explique tout ce qu'ils font. C'est une béquille inutile, le jeu et l'histoire n'ont pas besoin d'aide. Le manuel d'ouverture sur la violence de l'apartheid, l'injustice sociale et la répression devait être approfondi. Le but de ce film n'est pas seulement un thriller de prison intéressant. Jenkin et Lee avaient des croyances qui valaient la peine de se battre et d'être emprisonnées. Échapper à Pretoria aurait pu explorer leurs antécédents plus loin, et pourquoi ils ont choisi de tout risquer pour l'asservi. Échapper à Pretoria est produit par Arclight Films et distribué aux États-Unis par Momentum Pictures.

Sujets: évasion de Pretoria

Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

★★★★★

A lire également