Ultrasound Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Ultrasound Avis critique du film & résumé du film (2022)

Après un rendez-vous sexuel entre Glen et Cyndi à la demande d’Art, on flashe sur un tout nouveau personnage plongeant dans une piscine. Ce changement discordant secoue le spectateur de la scène bizarre précédente et le place dans une situation beaucoup plus conventionnelle. Il s’agit essentiellement de l’expérience de « Ultrasound » alors que des pièces apparemment disparates se réunissent pour créer un puzzle complexe impliquant une fréquence sonore qui peut manipuler la mémoire, un complot politique et tromper les grossesses.

L’« échographie » est structurée comme une mémoire : jamais tout à fait ancrée à un moment ou à un endroit, mais plutôt fluide, entraînant l’esprit dans un long voyage sinueux vers une destination inconnue. La narration asynchrone du film rappelle le film de 2004 de Michel Gondry « Eternal Sunshine of the Spotless Mind », un conte délibérément fracturé sur la tentative d’oublier une rupture difficile. « Ultrasound » est un puzzle similaire, mais avec un complot politique ainsi que la confrontation à un traumatisme personnel en son cœur.

Plus encore, « Ultrasound » confronte la violation totale de l’autonomie corporelle que chaque personnage subit aux mains de ceux qui façonnent ses souvenirs. Glen croit vraiment qu’il ne peut pas marcher. Une femme nommée Katie (Rainey Qualley) est pleinement convaincue qu’elle est enceinte. Ces moments poussent « Ultrasound » dans le domaine du dérangement, montrant à quel point il peut être facile de convaincre l’esprit d’une nouvelle vérité. Oui, c’est de la science-fiction, mais entre la nature low-tech de l’appareil qui crée la fréquence et les histoires précédentes de lavage de cerveau, les événements dans « Ultrasound » ne semblent pas trop farfelus. C’est terrifiant.

Alors que « Ultrasound » évoque avec succès ces sentiments existentiels de terreur, il ne maintient pas un ton cohérent, coincé quelque part entre vouloir être sérieux et jouer comme un film de Michel Gondry. Schroeder et l’écrivain Conor Stechschulte apportent également trop de joueurs et trop de scénarios qui brouillent l’impact émotionnel d’un arc narratif; il devient difficile de vraiment investir dans ce qui se passe lorsque vous avez du mal à suivre qui est qui et dans quelle chronologie nous nous trouvons.

Quoi qu’il en soit, « Ultrasound » est une belle science-fiction indépendante qui nous montre pourquoi les horreurs du futur ne sont peut-être pas si loin et comment notre identité est la mémoire. Notre sens de soi est si fragile, si facilement manipulable, et le film de Schroeder parle de notre monde actuel où la vérité est un concept malléable, évoquant un sentiment rampant de paranoïa qui pourrait me suivre pendant des jours. Alors chérissez ces souvenirs et ces expériences. Et ne pensez pas trop à quel point ils sont vrais.

Présentement à l’affiche et disponible en VOD.

★★★★★

A lire également