Two Gods Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Critiques et avis > Two Gods Avis critique du film & résumé du film (2021)

Tourné dans un riche noir et blanc, le premier documentaire et long métrage du réalisateur Zeshawn Ali « Two Gods » est une exhumation intime et lyrique des cycles qui hantent la jeunesse noire et le défi de mettre fin aux vieilles habitudes.

Le quartier de Newark à Hanif est en proie à la violence: les hommes noirs, en particulier les hommes musulmans noirs, meurent à un rythme alarmant. «Fatigué de panser vos blessures par balle. Fatigué de remettre vos crânes ensemble », dit Rashad, le propriétaire du cercueil, lors d’un rassemblement commémorant un autre adolescent noir décédé. Au salon funéraire, Hanif les voit tous, même ses amis. Et tandis que Hanif aime son travail, il se jette dans le « Party Ain’t a Party » de Queen Pen, construisant ces simples cercueils, en prenant le même soin dans sa responsabilité cérémonieuse. La lentille délicate d’Ali, par exemple, examine avec quelle diligence Hanif lave le corps de un homme décédé: de l’eau tiède, gardez toujours la main gauche libre, un chiffon pour couvrir. Dans une scène, un jeune garçon participe afin qu’il connaisse les rituels nécessaires à son père. La séquence est l’une des nombreuses façons dont Ali montre la génération connaissance transmise.

Bien que le mince et énergique Hanif s’occupe des morts, il est tout aussi attentif aux vivants. Il amène Naz, un adolescent qui regarde vers l’islam pour s’éloigner de la rue, Furquan, un adolescent piégé dans un foyer physiquement violent, et son fils Tyler dans son orbite. Hanif leur enseigne le métier de la construction de cercueils en partie pour créer des liens, en partie pour avertir: cela pourrait être pour vous un jour si vous vous dirigez sur la mauvaise voie. Il les conseille également lorsqu’ils sont en difficulté en prêchant la patience.

Mais l’effort que Hanif met dans Naz et Furquan ne suffit pas à dissuader les réalités de leur vie. Naz tombe dans la mauvaise foule et la police semble le cibler injustement. La maison de Furquan descend dans un environnement intenable, et à l’école, il commence à utiliser les mêmes tendances vicieuses qu’il voit à la maison. Même Hanif retombe dans de vieilles habitudes dangereuses. La photographie noir et blanc qu’emploie Ali cultive le ténor liminal opéré par ces tensions. La couleur laiteuse transfixante de l’eau de lavage, par exemple, dégage un sentiment de purification spirituelle, laissant le cycle derrière. Et la cinématographie granuleuse révèle les vérités incontournables de leur environnement.

Finalement, Ali divise son film entre deux religions: les croyances islamiques de Naz et Hanif et le culte chrétien de Furquan. Les deux églises donnent à ces personnages un semblant de stabilité. Pourtant, je me sentais instable. «Two Gods» est clairement un projet pluriannuel. Nous suivons Furquan depuis ses débuts à Newark jusqu’à son succès ultérieur en lutte au lycée. La scolarité de Naz est en suspens pendant une longue période en raison de problèmes juridiques. Hanif commet une grosse erreur et demande beaucoup de réflexion pour en saisir les conséquences. Mais plus nous avançons dans leurs délais, moins je me sentais connecté à leurs réalités. Des événements importants se déroulent sans contexte. Les grandes catastrophes semblent résolues comme par magie.

★★★★★

A lire également