Top Gun: Maverick Avis critique du film (2022)

Actualités > Top Gun: Maverick Avis critique du film (2022)

À vrai dire, notre héros d’action intrépide et toujours beau mérite les deux appréciations avec un côté généreux d’applaudissements, étant l’un des précieux vestiges des superstars du cinéma de bonne foi d’autrefois, une diminution lente ils-ne-les-fabriquent-pas-comme-avant notion d’immortalité de nos jours. En effet, l’engagement constant de Cruise envers la mise en scène hollywoodienne – ainsi que les niveaux insensés d’artisanat physique qu’il met infailliblement sur la table en insistant pour faire ses propres cascades -, je dirais, mérite le même niveau de respect intellectuel habituellement réservé au plein- sortes de méthodes telles que Daniel Day-Lewis. Même si vous oubliez en quelque sorte le fait que Cruise est l’un de nos acteurs dramatiques et comiques les plus doués et les plus polyvalents avec des noms comme « Né le 4 juillet », « Magnolia », « Tropic Thunder » et « Collateral » à son actif , vous n’oublierez jamais pourquoi vous vous présentez à un film de Tom Cruise, en grande partie grâce à son dévouement durable susmentionné. Combien d’autres noms et visages familiers peuvent prétendre garantir « un événement cinématographique singulier » ces jours-ci et livrer à chaque fois, sans exception ?

À cet égard, vous serez chez vous avec « Top Gun : Maverick », le booster d’adrénaline spirituel du réalisateur Joseph Kosinski qui permet à son principal producteur d’être exactement ce qu’il est – une star – tout en augmentant les enjeux émotionnels et dramatiques de son prédécesseur avec une dose saine (mais pas exagérée) de nostalgie. Après une carte de titre qui explique ce qu’est « Top Gun » – le même qui nous a introduit dans le monde des pilotes de la crème de la crème de la marine en 1986 – nous retrouvons Maverick dans un rôle en marge de l’US Navy, travaillant en tant que pilote d’essai intrépide dans le contexte familier de la «zone de danger» de Kenny Loggins. Vous ne serez pas surpris qu’assez tôt, il soit appelé pour une mission de type un dernier emploi en tant qu’enseignant auprès d’un groupe de récents diplômés de Top Gun. Leur mission est tout aussi obscure et politiquement coucou que dans le premier film. Il y a un ennemi sans nom – appelons-le la Russie parce que c’est probablement la Russie – des cibles qui doivent être détruites, un plan de vol qui semble fou et un plan qui obligera toutes les recrues Top Gun à voler à des altitudes dangereusement basses. Mais est-ce que c’est possible?

C’est un long plan, si les détails de l’opération – expliqués aux espoirs aviateurs dans un style plutôt « Ça ne peut pas être fait » rappelant « Mission : Impossible » – sont une indication. Mais vous serez surpris que plus attrayant que la perspective de la mission dingue ici est le drame humain qui co-écrit Ehren Kruger, Eric Warren Singer et Christopher McQuarrie à partir d’une histoire de Peter Craig et Justin Marks. Pour commencer, le groupe de recrues potentielles comprend le lieutenant Bradley « Rooster » Bradshaw (Miles Teller, formidable), le fils de la chère « Goose », dont la mort accidentelle hante toujours Maverick autant que le reste d’entre nous. Et si le dégoût compréhensible de Rooster pour lui n’était pas suffisant (malgré les instincts protecteurs de Maverick envers lui), il y a des sceptiques quant aux références de Maverick – Cyclone de Jon Hamm, par exemple, ne peut pas comprendre pourquoi l’ennemi devenu ami de Maverick Iceman (Val Kilmer, revenant avec un tearjerker d’un rôle) insiste sur lui comme enseignant de la mission. La romance intermittente de Maverick avec Penny Benjamin (une envoûtante Jennifer Connelly), un nouveau personnage dont le nom a été mis en évidence dans le film original, comme certains s’en souviendront, complique davantage les choses. Quel enchevêtrement à travers lequel on est chargé de défendre sa nation et de célébrer une certaine marque de fierté américaine…

★★★★★

A lire également