TIFF 2022: Sanctuary, The Menu, Biosphere | Festivals & Awards

Actualités > TIFF 2022: Sanctuary, The Menu, Biosphere | Festivals & Awards

Vous voyez, le chef Slowik (Fiennes) a un concept qu’aucun restaurant n’a essayé auparavant, utilisant chaque plat pour révéler les secrets et les insécurités de ses invités, qui incluent également une critique amère (Janet McTeer) et un acteur en déclin (John Leguizamo). Slowik a vu sa passion devenir son fardeau alors que l’élite moralement corrompue lui payait une petite fortune pour manger des aliments dont ils se souviennent à peine le lendemain. Il a tout mis dans sa vie, et maintenant il est prêt à reprendre quelque chose, mais Margot est la personne aberrante, l’invitée qui n’était pas censée être là et la personne qui voit à travers la façade de Slowik.

Le scénario ici de Seth Reiss & Will Tracy donne au casting certains des dialogues les plus pointus de l’année et Taylor-Joy et Fiennes transforment leurs personnages en deux créatures fascinantes, une paire de personnes qui se voient d’une manière que personne d’autre dans ce chambre fait. Slowik a essentiellement une équipe de soldats fidèles dans sa cuisine, prêts à faire tout ce qu’il dit, et il a des clients qui le félicitent, mais ils cherchent également à le contrôler et à l’intimider, le considérant comme quelqu’un plus proche d’un employé que d’un artiste. . Cependant, il sous-estime la possibilité que Margot soit la personne la plus intelligente de la pièce, et c’est tout simplement merveilleux de voir les Fiennes parfois étouffantes autorisées à être à nouveau drôles et méchantes. Avec toutes les présentations de repas et les révélations de personnages dans le restaurant, « The Menu » peut devenir un peu bavard, et je continue à creuser dans cette assiette cinématographique en essayant de trouver un repas plus satisfaisant en termes de commentaire social, mais c’est un film que je veux à revoir, un repas à réchauffer.

Enfin, il y a peut-être le plus fou des deux-mains, celui de Mel Eslyn « Biosphère, » un projet ambitieux qui ne se développe pas suffisamment pour remplir la longueur d’un long métrage avant de renoncer essentiellement à sortir du coin dans lequel il s’est écrit. C’est un film remarquablement difficile à revoir à ce stade parce que les gens derrière lui ont demandé de ne pas gâcher ce qui finit vraiment par devenir toute son intrigue, donc je dois faire preuve de créativité ici. Ours avec moi.

Il ne reste peut-être que deux personnes sur Terre : Ray (Sterling K. Brown) et Billy (Mark Duplass). Ce dernier était président – Duplass va avec une variation moins exagérée du charme aw-shucks des politiciens comme le deuxième Bush POTUS – et, eh bien, il a fait le gros erreur. Cela a conduit l’ancien dirigeant du monde à être coincé dans un biodôme avec son conseiller et ami d’enfance Ray, qui aime se considérer comme le cerveau de l’opération. C’est lui qui a stocké les livres – Billy lit Baiser de la femme araignée, un choix très intentionnel d’Eslyn – et a même apporté des divertissements, y compris Super Mario Bros. et des films comme « Lethal Weapon » (encore une fois, tous deux des éléments de la culture pop choisis par thème). Il maintient également le mini-écosystème qui comprend des poissons qui peuvent fournir de la nourriture. Peu de temps après l’ouverture du film, un poisson meurt, provoquant une panique qui est peu de temps suivie par, eh bien, quelque chose de nouveau.

★★★★★

A lire également