Three Thousand Years of Longing Avis critique du film (2022)

Actualités > Three Thousand Years of Longing Avis critique du film (2022)

Au cours d’une conférence, Alithea s’évanouit après une hallucination. On se demandera plus tard si c’était une hallucination ou quelque chose d’ancien et de réel qui l’appelait. De retour dans sa chambre d’hôtel, elle essaie de nettoyer une bouteille ornementale qu’elle a ramassée chez un antiquaire. Et oui, elle libère un génie, ou djinn, et un géant en plus – la vue de son énorme pied ouvrant la porte de sa salle de bain est quelque chose d’inhabituel à coup sûr – qui, après avoir appris un peu d’anglais, offre à Alithea les trois souhaits standard. Incarné par Idris Elba, le djinn est une figure grave, drôle, absurde et émouvante.

Quant à ces souhaits : pas si vite. En tant que narratologue, Alithea sait qu’un djinn est un cheval cadeau qui vaut la peine d’être regardé dans la bouche. Les récits de réalisation de souhaits impliquant des génies ne fonctionnent jamais, soit en raison de la stupidité / vénalité du souhaiteur, soit, plus pertinent pour Alithea, du fait que les génies sont des escrocs notoires. Il y a une raison pour laquelle ils finissent piégés dans des bouteilles, après tout. Et donc, plutôt qu’un voyage de réalisation de souhaits, Alithea commence un interrogatoire.

Le premier conte du djinn donne le ton et le rythme pour le reste du film. Il était un époux, du moins le prétend-il, et professeur de la célèbre reine de Saba (« Elle n’était pas belle. Elle était la beauté même », affirme le Djinn, et sous la forme de l’actrice Aamito Lagum, elle l’est en effet), jusqu’à ce que ce rusé Salomon est venu. Même les tableaux élaborés de Cecil B. DeMille ne sont pas une préparation suffisante pour la conception de la production et la fantasmagorie pilotée par CGI de ce conte, qui comporte, entre autres, une sorte de lyre auto-jouante, pour mieux augmenter la chanson de Salomon qui séduit Saba.

Il s’avère qu’au fil des siècles, c’est toujours une femme qui est responsable de la captivité du djinn, mais ce n’est pas une histoire de poupée gigogne sur la misogynie. (Il est adapté, très vaguement, d’une nouvelle du célèbre écrivain britannique AS Byatt.) C’est plus une chronique de la façon dont l’amour et la haine peuvent faire faire des choses amusantes. Et sur le paradoxe d’être humain, nos moi intrépides et nos moi d’ombre. Tant de réalisations humaines sont représentées ici, et tant d’atrocités humaines. Comme on l’observe vers la fin de l’image, « Malgré tout le whiz-bang, nous restons confus. »

★★★★★

A lire également