The Year Between Avis critique du film (2023)

Actualités > The Year Between Avis critique du film (2023)

La précision de la comédie basée sur les personnages de ce film prend tout son sens – et devient encore plus impressionnante – lorsque le générique de fin révèle que c’est Heller qui joue Clémence. L’histoire a une telle affection pour tous ses personnages, et cela semble provenir d’un savoir-faire émotionnel. Malgré de nombreuses opportunités, personne n’est traité comme un appareil. Les actions de Clémence, parfois blessantes pour son entourage, ou pour elle-même, sont souvent inconfortables. Mais le ton suggère une compréhension intrinsèque. Il s’agit d’un film soigneusement réalisé qui possède son propre détecteur BS, ce qui est également logique lorsque vous apprenez que Heller a basé ce projet sur ses propres expériences en matière de santé mentale.

Tout au long du parcours émotionnel de Clémence, Heller utilise le rythme d’une comédie. Il est donc essentiel de savoir comment la nature sardonique de Clémence ne se présente pas simplement comme excentrique, mais comme un bouclier épais. C’est drôle de voir sa tribune chaque fois qu’elle pense qu’elle peut faire passer sa condition sur quelqu’un; c’est aussi un peu triste. Les deux sont possibles. Clémence est une force nuancée sur le papier, et la performance électrique de Heller la rend encore plus facile à apprécier.

À la maison, Clémence a des clashs significatifs avec ses frères et sœurs. La tension qu’elle partage avec chacun d’eux révèle ce dont les frères et sœurs ont peur : Carlin (Emily Robinson) a peur de devenir comme sa sœur et pense qu’un bon score ACT aidera à empêcher cela. Neil de Wyatt Oleff, le plus jeune frère, apprend à se défendre dans une maison de confrontation. Mais il hésite sur l’orbite de Clémence et a peur de ce que son état pourrait faire à toute la famille.

Steve Buscemi et J. Smith-Cameron ont des rôles de soutien en tant que mère et père de Clémence. Voir ces acteurs vénérés dans ce film ressemble presque à une approbation en soi, et ils redonnent au scénario avec leur grâce. Buscemi est d’une drôlerie attachante alors qu’il essaie de se connecter avec Clémence en partageant sa vie d’enseignant, pour être ensuite abattu. Et Smith-Cameron est douce dans les scènes dans lesquelles elle essaie de partager quelque chose qui l’a aidée à équilibrer sa vie, le yoga. Ces deux-là obtiennent également l’un des plus grands rires du film, dans une scène où ils s’adressent à leurs enfants, avec la condition de Clémence l’éléphant dans le salon. « Vous êtes des gagnants et toujours les bienvenus ici », dit Buscemi. À quoi Smith-Cameron répond : « Ne dis pas ça, Don. Ce n’est pas vrai. Et cela vient de l’un des personnages les plus chaleureux du film.

D’autres films ont été négligents au sujet de la maladie mentale ; d’autres ont été trop sérieux. C’est comme si Heller avait écrit, réalisé et joué dans « The Year Between » en partie pour montrer qu’une comédie dramatique audacieuse comme celle-ci peut être faite, et avec tact. C’est incroyablement délicat, mais quand c’est bien fait, c’est la preuve d’un talent majeur.

À l’affiche dans certains cinémas et disponible en VOD.

★★★★★

A lire également