170-4362033-3181091-jpg

The Wrong Man (1956) – Affaires chatouilleuses

Actualités > The Wrong Man (1956) – Affaires chatouilleuses

D’accord, Alfred Hitchcock est le maître du suspense. Peu de gens remettraient en question l’impact de son travail sur Hollywood au cours du vingtième siècle. Ainsi, lorsqu’on examine l’œuvre du compositeur Bernard Herrmann, il semble être une seconde nature de choisir un film d’Hitchcock. Ces deux hommes sont comme du bacon et des œufs… ils s’emboîtent parfaitement. Alors, alors que je contemplais ce blog, j’ai opté pour l’une de mes dernières montres Hitchcock pour la première fois. Une de ces années, je finirai sa filmographie. Alors asseyez-vous, détendez-vous et parlons de The Wrong Man.

The Wrong Man suit Manny Balestrero (Henry Fonda), un musicien qui mène une vie difficile mais fructueuse avec sa (jeune) épouse (Vera Miles) et leurs deux enfants. La vie est dure, mais ils sont heureux. Cependant, tout ce que Manny sait est plongé dans le chaos lorsqu’il est arrêté pour une série de vols qu’il n’a aucun souvenir d’avoir commis. Anthony Quayle, Harold J. Stone et Charles Cooper co-vedette dans le triller. Alfred Hitchcock réalise le film à partir d’un scénario d’Angus MacPhail.

Comme je l’ai mentionné, Alfred Hitchcock est l’un de mes cinéastes les plus regardés et c’est un film que je n’avais pas encore regardé – vous avez donc la raison pour laquelle je voulais écrire sur ce film. En fin de compte, une compréhension du travail de The Master of Suspense apporte une certaine connaissance de ce que vous allez obtenir. Aucun des films d’Hitchcock n’est «formulaire» en soi, mais l’homme est l’un des plus grands auteurs à avoir vu son travail sur le grand écran. Vous pouvez généralement deviner ce que vous allez obtenir.

The Wrong Man est sorti en salles en 1956 au cours d’une période intéressante pour le réalisateur. Il avait frappé Hollywood rapidement et durement dans les années 1940 avec des classiques comme Rebecca, Shadow of a Doubt et Spellbound. Plus tard, Hitchcock a bien sûr connu une course prolifique pour clore les années 1950 avec North by Northwest, To Catch a Thief et enfin Psycho pour commencer la nouvelle décennie.

Cependant, entre ces deux périodes très distinctes, Hitchcock avait un tronçon plus petit et plus calme au début des années 1950, qui est mieux défini par Strangers on a Train. The Wrong Man et I Confess ont suivi peu de temps après en succession rapide.

Il est intéressant de noter que ces films se sentent particulièrement chez eux au début des années cinquante. Bien sûr, cette période à Hollywood est restée dans les mémoires comme une période particulièrement tumultueuse. Alors que l’industrie était en plein essor pendant la Seconde Guerre mondiale et les années qui ont suivi, avec le début des années 1950 est venue l’explosion de la télévision qui a rapidement gagné en popularité auprès du grand public aux États-Unis pendant cette période. Du coup, le grand écran n’était plus le seul endroit pour se divertir. Vous n’aviez même plus besoin de quitter votre salon.

En réponse à ce changement, les longs métrages ont fait deux choses. Dans de nombreux cas, ils ont grossi. Ils étaient brillants, impétueux et Technicolor ! Ou VistaVision… ou 3D… ou Smell-o-Vision… vous captez ce que j’écris. Dans le même temps, le développement de la télévision a apporté une vague d’images plus petites, plus personnelles, basées sur des personnages et c’est exactement là que se trouve The Wrong Man. Ces films sont beaucoup plus proches des drames d’anthologie des années 1950 que des épopées hollywoodiennes issues du Big 5 en même temps.

Bien sûr, la raison pour laquelle nous sommes tous ici, c’est pour parler de Bernard Herrmann, le compositeur qui fut le « Maestro » de prédilection d’Hitchcock. Certes, je ne suis pas un expert en musique… surtout de la variété instrumentale ; Cependant, il ne faut pas longtemps (nous parlons du générique d’introduction) pour que le film soit familier. Au fur et à mesure que le générique d’ouverture défile, la partition est immédiatement reconnaissable comme l’œuvre de Herrmann et cela sert également à fonder The Wrong Man comme une « image d’Hitchcock ». Comme je l’ai dit, ces deux-là vont si bien ensemble.

Fait intéressant cependant, alors que nous pensons généralement au partenariat d’Hitchcock avec Herrmann dans de grandes images audacieuses… pensez au nord par le nord-ouest… à un certain niveau, The Wrong Man se sent stylistiquement familier. Cependant, cette fois-ci, Hitchcock se lance dans la création d’un ton plus modéré. On met davantage l’accent sur l’immobilité. Le film est tendu, calme et mal à l’aise. Il y a de longs passages où la partition disparaît, laissant le public avec peu d’autre choix que de mijoter dans l’inconfort. J’ai toujours trouvé qu’il était difficile de vraiment rater une partition musicale, jusqu’à ce qu’elle disparaisse et cela m’a certainement frappé ici.

En même temps, la construction stylistique de The Wrong Man l’oppose d’emblée aux autres œuvres d’HItchcock, même à cette époque. Comme mentionné, Strangers on a Train est ma préférée de toutes les œuvres d’Hitchcock. Cependant, alors que The Wrong Man est certainement familier, quelque chose ici ne m’a pas plu.

Tout au long du film, il est possible de voir le flair d’auteur qu’Hitchock a apporté à son cinéma. Il y a plein de clichés qui ne peuvent provenir que d’une caméra Hitchcock. Cependant, il manque une chose à The Wrong Man… l’esprit caractéristique d’Hitchcock. Ce sens de l’amusement est démontré à son plus vif dans quelque chose (encore une fois!) Comme North By Northwest.

En fait, The Wrong Man est austère. Certes, l’intrigue est assez sombre avec peu d’esprit. Cependant, en le regardant, le film ressemble plus à un véhicule d’Henry Fonda avec parfois des fioritures « hitchcockiennes ». Vous connaissez ces films, The Grapes of Wrath et The Ox-Bow Incident, diable, même Mister Roberts me vient à l’esprit. Peu d’hommes avaient le monopole du jeu de la malchance, des ouvriers écrasés comme Henry Fonda et son flair avec ces personnages se retrouve dans le film. Il est presque impossible de ne pas enraciner pour Manny. Vous voulez immédiatement qu’il batte ces accusations.

Tout au long de The Wrong Man, le public est plongé dans la perspective de Manny. Nous passons du temps avec lui au travail, à la maison et avec sa femme. Ainsi, la fabrication du suspense dans ce film est délicate. Manny est ‘The Wrong Man’, après tout. Nous savons sans aucune incertitude qu’il n’a pas commis ces crimes. Au lieu de cela, le suspense est enraciné dans la façon dont une telle erreur judiciaire peut se produire. La « vibe » est l’une des « Cela pourrait vous arriver ». C’est dur et dur et ces mots sont très rarement utilisés en relation avec l’œuvre d’Hitchcock. The Wrong Man pourrait être mieux résumé d’une manière, c’est Hitchcock rencontre Dragnet et ces tons ne fonctionnent vraiment pas bien ensemble.

Dans l’ensemble, The Wrong Man était mauvais pour moi. Le film est certainement bien fait. C’est un petit effort personnel qui s’inscrit parfaitement dans cette période brève mais intéressante de la carrière d’Hitchcock. En évaluant ce film dans une perspective historique et complète, ainsi qu’en jetant un coup d’œil à cette période souvent éclipsée, The Wrong Man vaut certainement le détour. Cependant, le réalisateur légendaire a certainement sorti des films meilleurs et plus divertissants… alors, faites-en ce que vous voulez.

Intéressé d’en apprendre plus sur nous??

Suivez Ticklish Business sur Twitter, Facebook, Letterboxd et Instagram. Nous avons également du contenu vidéo spécial disponible sur notre chaîne YouTube.

Intéressé à nous soutenir? Consultez notre page Patreon ! Les avantages incluent des cadeaux, un accès anticipé et du contenu bonus supplémentaire !

Nos épisodes de podcast sont disponibles partout où vous écoutez des podcasts, notamment : Apple Podcasts, Spotify et Podbean.

★★★★★

A lire également