The Takedown Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > The Takedown Avis critique du film & résumé du film (2022)

Omar Sy revient dans cette franchise désormais en tant qu’Ousmane Diakité, le genre de flic qui peut se défendre même lorsqu’il est en infériorité numérique et dans une cage. À tel point qu’il bat un combattant MMA imposant dans son propre ring et termine la scène sur une note triomphante où il fait crier la foule: «La police! La police! La police! » Le passage à tabac d’Ousmane devient viral et incite la police parisienne à l’utiliser, lui et sa peau noire, pour leur campagne sur les réseaux sociaux, ce dont il se moque. Il sait ce qu’ils font – essayer de dissimuler les actions grossières d’autres flics, invisibles dans le film mais très visibles dans la vraie vie – mais le film lui-même abandonne cet angle et assume le devoir de relations publiques de la police elle-même. Pendant ce temps, l’ancien partenaire policier d’Ousmane, François Monge (Laurent Lafitte), est montré en train de babiller puis de coucher avec son thérapeute, s’imposant à la fois comme le coureur de jupons du duo et le visage générique de la blancheur générique dans la police.

Tout ce service du bout des lèvres, ce clin d’œil, tue presque l’amusement de bas niveau de « The Takedown » lorsque l’intrigue démarre enfin, après la découverte d’un corps coupé à l’intérieur d’un train. Réunis par l’affaire, Ousmane et François enquêtent avec l’aide d’une femme nommée Alice (Izïa Higelin), qui déclenche leurs deux incapacités enfantines à parler à une femme qu’ils trouvent attirante.

Alice devient en quelque sorte leur guide touristique à travers la ville du crime, un endroit si conservateur que le maire est un fasciste à peine voilé. Comme si le film disait, on n’aime peut-être pas les flics, mais au moins ce ne sont pas des skinheads purs et durs qui travaillent même dans une entreprise de sécurité qui a un pseudo symbole SS pour un logo. N’importe qui, la moitié supérieure d’un gars nommé Kevin mène à une sorte de super drogue, l’une des nombreuses histoires mal cuites dans ce scénario désordonné de Stéphane Kazandjian. Il y a un complot plus vaste à portée de main, même s’il est exprimé avec des idées tellement tactiles qu’il y a peu d’enjeux émotionnels, même lorsqu’une maison pour immigrants est la cible d’un attentat à la bombe.

Le film n’a pas seulement un problème d’image avec son optique de flic, mais aussi les gros décors explosifs que Letterier fait des heures supplémentaires pour rendre visuellement incompréhensibles. Faisant ressembler le premier film à un drame de Sundance en comparaison, « The Takedown » regorge de cinématographies trop zélées, tremblantes ou de coupes discordantes qui nous emmènent librement en gros plan pendant une bagarre, puis nous mettent soudainement dans le ciel, suggérant un personnel boeuf entre les éditeurs et l’équipe de chorégraphie de combat. Cette rafale devient horriblement laide lorsqu’elle est mélangée au penchant de la caméra pour les objectifs grand angle qui déforment librement tout ce qui se trouve sur le côté du cadre, un mélange terrible avec une caméra en mouvement constant. C’est un autre degré de cinéma d’action français ridicule, vertigineux et « slick », un descendant direct des 14 coupes qu’il a fallu à Liam Neeson pour sauter une clôture dans « Taken 3 » d’Olivier Megaton.

★★★★★

A lire également