The Rig Digs For Crude, But Effective Eco-Horror Thrills | TV/Streaming

Actualités > The Rig Digs For Crude, But Effective Eco-Horror Thrills | TV/Streaming

Le problème, c’est que le mystère central de « The Rig » n’est guère mystérieux ou original. À la base, c’est une histoire lovecraftienne de l’humanité creusant dans les coins les plus profonds de la Terre et libérant quelque chose qui, en tant de mots, les rend fous. Un personnage tombe d’un grand échafaudage au début du premier épisode; il est presque mort sans véritable assistance médicale. C’est-à-dire jusqu’à ce que la force qui se trouve dans le brouillard pénètre dans son sang et qu’il revienne à la vie, mystérieusement guéri et marmonnant des phrases prodigieuses comme « Quelque chose arrive ». (Le dialogue de Macpherson est efficace, mais professionnel, et présente des bons mots ringards comme ça et « Je n’ai pas à deviner, c’est ce qui est génial avec la science. »)

C’est l’axe thématique principal de « The Rig » – une réflexion sur les dommages causés par le travail pétrolier sur la planète et sur notre sens des responsabilités à cet égard. Les personnages se chamaillent sur la faisabilité des énergies renouvelables et ce que cela ferait à leur travail; les vieux gars qui veulent juste mettre de la nourriture sur la table se chamaillent avec les gréeurs de la génération Y qui se sentent coincés avec la facture.

Cette notion se répercute sur le mécanisme de l’infection et ses effets sur les organismes qu’elle prend en charge. Cela crée une horreur corporelle particulièrement horrible, d’autant plus qu’elle rejette tout matériau inorganique dans le corps hôte. Les fausses dents sortent de la bouche, les tatouages ​​en forme de cœur saignent avec un effet grotesque. « Nous foutons la planète », lance un gréeur, « et puis nous sommes surpris quand ça nous fout en retour. »

Dans ces premiers épisodes au moins, le réalisateur John Strickland (« Line of Duty ») crée une atmosphère saine avec ce qui est sûrement un petit budget. Ce qui est particulièrement frappant, c’est la façon dont il filme la plate-forme elle-même, les cueilleurs de cerises balançant et ondulant la caméra autour de l’échafaudage en forme d’araignée de l’infrastructure de la plate-forme. Le spectacle a toujours l’air bon marché dans les espaces communs les plus éclairés, et ses effets visuels trébuchent un peu en raison du budget (en particulier dans les séquences extérieures plus lourdes d’écran vert). Mais les extérieurs extraient beaucoup de valeur de production de l’emplacement, la solitude de la plate-forme pétrolière qui surgit de l’Atlantique et la menace qui pourrait se cacher dans n’importe quel coin, homme ou créature.

★★★★★

A lire également