The Phantom of the Open Avis critique du film (2022)

Actualités > The Phantom of the Open Avis critique du film (2022)

C’est ça, mais avec le golf.

Mark Rylance enfile un gilet à losanges coloré et un chapeau de seau rouge pour jouer Maurice Flitcroft, qui a tristement tourné le pire tour de l’histoire du British Open en 1976. Vous voyez, il n’avait pas sa place là-bas. Il était grutier dans un chantier naval de la classe ouvrière Barrow-in-Furness. Il a fait semblant de se frayer un chemin dans le prestigieux tournoi en trafiquant les papiers, quoique de manière bon enfant. Sa douce épouse, Jean (Sally Hawkins), l’a même aidé dans cette tâche, inventant avec bienveillance des réponses à des questions sur son handicap et autres. Il ne savait pas que c’était mal, suggère le film. Il voulait juste jouer au golf, quelque chose qu’il n’avait jamais fait de sa vie. Et il est devenu une figure célèbre dans le processus.

Mais le réalisateur Craig Roberts – travaillant à partir d’un scénario de Simon Farnaby, basé sur la biographie de Flitcroft de Farnaby et Scott Murray – n’arrive jamais vraiment au cœur de la poursuite de Flitcroft. Pourquoi le golf, de toutes les activités, devient-il son obsession soudaine ? On le voit voir Tom Watson remporter l’Open à la télévision en 1975. Mais qu’en était-il de cette victoire dans ce sport si bouleversante ? Cet élément crucial pour le comprendre semble manquer; sans cette pépite de développement de personnage, « The Phantom of the Open » n’est qu’une alouette aérée et stéréotypée, avec une performance Rylance particulièrement maniérée au centre. Son accent épais fait une grande partie du jeu pour lui, avec une bonne dose de bizarreries et de tics. Il est juste super ensoleillé et adorable en toutes circonstances. Flitcroft aurait-il vraiment pu être aussi irrépressiblement optimiste ? Une suspension d’incrédulité dans son innocence enfantine ne va que jusqu’à présent.

Il y a encore moins dans le personnage de Hawkins. Mis à part quelques moments tendres entre elle et Rylance, elle est frustrée de fonctionner comme l’épouse passionnée et solidaire, et pas grand-chose d’autre. Le fait qu’elle en sache encore moins sur le golf se joue pour de simples rires. Pendant ce temps, Rhys Ifans est singulièrement suffisant et méchant en tant que chef du British Open qui chasse constamment Flitcroft; il est le Wile E. Coyote du Roadrunner de Rylance.

L’histoire de Flitcroft était folle, mais il y a un film beaucoup plus fou ici que « Le Fantôme de l’Open » fait allusion mais n’embrasse jamais complètement. Roberts se mêle de réalisme magique, comme lorsque Flitcroft imagine que la Terre est une balle de golf sur laquelle il orbite. Il essaie également d’égayer l’histoire avec des techniques de cinéma musclées comme des casseroles fouettées et des gouttes d’aiguille audacieuses, ce qui donne l’impression qu’il fait Craig Gillespie faisant Paul Thomas Anderson faisant Martin Scorsese. (Certains d’entre eux sont distraitement anachroniques, comme lorsque Flitcroft et son copain / caddie volent une voiturette de golf et tentent d’échapper à un tournoi dans lequel ils se sont faufilés avec « Ride Like the Wind » de Christopher Cross retentissant en arrière-plan. Cela se produit dans 1978 ; la chanson ne sortira que deux ans plus tard. Nitpicky ? Peut-être un peu, mais en théorie, ils essaient d’invoquer une période de temps spécifique.)

★★★★★

A lire également