homepage_df-19498_r-8080216-5443616-jpg

The Last Duel Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > The Last Duel Avis critique du film & résumé du film (2021)

Le troisième chapitre est présenté comme «La vérité selon Marguerite de Carrouges» et pour enfoncer le clou, les mots «la vérité» restent plus longtemps sur cette carte de titre que sur la précédente. Il s’agit d’une séquence déchirante dans laquelle Jean et Jacques sont présentés comme des brutes et des opportunistes à la poitrine battante. Jean se croit tendre avec sa fiancée ; La section de Marguerite raconte surtout comment il s’est disputé avec le père de Marguerite à propos de sa dot. Etc. Ce récit répète la scène du viol, ce qui est sans doute nécessaire mais inconfortable – et bien sûr, c’est peut-être le but. Ce qui fascine dans ces différentes perspectives, ce sont les petits détails – comment un personnage se souvient d’un bref baiser différemment d’un autre, comment une paire de chaussures enlevée délicatement au bas d’un escalier en un seul récit devient des chaussures qui tombent des pieds alors que les escaliers sont montés dans un empressement paniqué.

Et tout cela mène au duel pour le titre qui, même selon les normes élevées établies par « Gladiator » de Scott, est ce que vous appelleriez un humdinger.

Il y a beaucoup de lentes que l’on peut choisir sur cette image. Alors que Driver et Comer s’intègrent presque automatiquement dans le monde des lances, des chevaux et des châteaux du film (et diverses vues de la cathédrale Notre-Dame en construction), Damon et Affleck sont des ventes d’époque plus difficiles. Surtout avec Affleck qui devient blond ici. Aucun interprète ne commet de fautes pures et simples – le scénario les fait tous parler une forme légèrement traitée de l’anglais familier américain, il n’y a donc pas de pièges shakespeariens. Mais il est certain que les connaisseurs du mème « Sad Affleck » iront en ville une fois qu’ils pourront commencer à obtenir des captures d’écran de ce film.

Ensuite, bien sûr, il y a le « à quel point est-ce féministe, de toute façon ? » question. Je pourrais dire « plus qu’un peu », étant donné que ses observations concernant des problèmes toujours d’actualité atterrissent avec une certaine force et sont sans doute fortifiées dans le contexte de l’hypocrisie et de la barbarie médiévales. Néanmoins, bien que « The Last Duel » puisse être un modèle partiel de pleine conscience, il obéit toujours aux exigences du drame d’action d’époque. Cela ne devrait surprendre personne – il s’agit d’une production de plusieurs millions de dollars en studio, supervisée par un réalisateur dont le travail n’a que rarement contourné le territoire indé fougueux. Et n’oublions pas que lorsqu’il l’a fait, les résultats ont été aussi mitigés que ceux qu’il a eus tout au long de sa carrière – je pense à « Thelma et Louise » au crédit et « Une bonne année » au débit.

Quand il offre ce que le meilleur du travail de Scott et de la société peut faire – et l’imagerie, en grande partie fondée sur une palette qui pourrait être un hommage à son anti-héros, dont le nom de famille se traduit par « le gris », est souvent surprenante – le commentaire poursuivi par le scénario du film n’est pas entièrement subsumé, mais ce n’est pas non plus primordial.

En exclusivité au cinéma le vendredi 15 octobre.

★★★★★

A lire également