The Ice Road Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > The Ice Road Avis critique du film & résumé du film (2021)

Cela fait longtemps depuis le pic de Liam Neesoning, et à ce stade, sa présence bourrue et imposante ne peut pas faire grand-chose pour rendre un film regardable. Malgré ses nombreux périls, à la fois naturels et humains, « The Ice Road » est étonnamment terne. Ce n’est décidément pas aussi fou qu’il aurait dû l’être, vu le cadre et les enjeux. Et tandis que le scénariste / réalisateur Jonathan Hensleigh établit un ton inquiétant avec des vues impressionnantes sur grand écran d’étendues enneigées impitoyables, ses séquences d’action restent sans exception.

Hensleigh commence par une explosion dans une mine de diamants isolée dans l’extrême nord du Manitoba, au Canada, qui piège environ deux douzaines d’hommes à l’intérieur. Alors qu’ils se chamaillent sur les niveaux de méthane et envoient des messages sur les tuyaux au monde extérieur, l’équipement pour les libérer se dirige lentement dans leur direction. Mike McCann de Neeson fait partie d’un convoi de trois camions qui doit traverser des routes de glace dangereuses – des sentiers labourés creusés à travers d’immenses lacs gelés – pour atteindre leur destination finale. Sur le siège passager se trouve le frère cadet de Mike, Gurty (Marcus Thomas), un mécanicien et vétéran de la guerre en Irak souffrant de SSPT et d’aphasie. Jim Goldenrod de Laurence Fishburne, le camionneur de longue date qui a organisé cette mission, et Tantoo d’Amber Midthunder, une femme autochtone troublante qui est également une conductrice audacieuse, font également partie du voyage. (Par coïncidence, son frère fait partie des hommes piégés dans la mine, alors cette fois, c’est personnel.) Tagging est un actuaire d’entreprise citadin qui peut avoir des intentions néfastes (Benjamin Walker, le seul à reconnaître ce matériel de film B pour ce que c’est).

Tantoo expose utilement l’équilibre délicat que les camionneurs doivent faire en essayant de traverser ce tronçon dangereux – en avril, de tous les mois. Ils ne peuvent pas aller trop lentement ou trop vite car ils portent leur lourd équipement. Ils doivent faire attention aux ondes de pression devant eux et aux fissures derrière eux, obstacles qui offrent ici quelques moments légitimement tendus. Mais bien que cette exposition soit cruciale, trop souvent, les personnages se tiennent là pour s’expliquer les uns aux autres dans « The Ice Road ». Et pourtant, ils restent à peine développés et peu engageants. Mike criant « Embrasse mon cul irlandais ! » à un médecin qui essaie de prescrire des opioïdes à son frère est une évidence, pas une révélation. Hensleigh fait des allers-retours entre les chauffeurs et les mineurs, mais les personnes dont nous sommes censés nous soucier alors qu’elles sont à bout de souffle sont essentiellement interchangeables, et il est difficile de dire qui est qui puisqu’il fait si sombre là-dedans.

★★★★★

A lire également