Female Filmmakers in Focus: Andrea Arnold on Cow | Interviews

Actualités > Female Filmmakers in Focus: Andrea Arnold on Cow | Interviews

Après avoir fait ses débuts au Festival de Cannes l’année dernière, « Cow » ouvre enfin dans certaines salles et à la demande ce vendredi 8 avril. RogerEbert.com a parlé à Arnold sur Zoom des origines du documentaire, du rôle que jouent les humains dans la nature et du sentiment profond d’être vu par un film.

Comment avez-vous rencontré Luma pour la première fois et décidé de faire ce documentaire sur cette vache en particulier ?

Une fois, j’ai décidé que nous allions faire un film sur une vache, car je ne savais pas quel animal nous ferions. Au début, j’ai pensé à un cochon. J’ai pensé à un poulet; la vie des poulets dans les élevages industriels est d’environ 90 jours. Alors j’ai pensé que ce serait un tournage court, en termes de tournage, et ce sont des poulets très pleins de caractère. Alors j’ai pensé que ce serait plutôt bien. Mais ensuite j’ai pensé aux vaches laitières. C’était aussi très puissant à cause de tout l’aspect féminin. Je pensais que cela ajoutait une autre couche de quelque chose de vraiment intéressant. Une fois que j’ai décidé cela, j’ai réalisé que c’était lié à tout ce que j’avais fait d’autre. Vous pensez que toutes vos décisions sont nouvelles et inconscientes, mais en réalité, vous faites simplement les mêmes choses. Nous avons opté pour la vache laitière puis nous avons dû trouver une ferme près de Londres, car nous devions faire beaucoup d’allers-retours. Il n’y avait qu’un certain nombre de fermes qui correspondaient à la facture.

Ensuite, nous avons trouvé la ferme et je leur ai posé des questions sur leurs vaches. Nous cherchions une vache gestante, car je voulais commencer par une mise bas. Ils ont mentionné Luma, je pense assez tôt, et ont dit qu’elle était une vache très fougueuse. J’ai adoré l’idée de cela parce que je pensais que cela signifiait qu’elle aurait certainement une certaine personnalité. J’ai pensé que c’était une situation intéressante d’avoir un visage à la vache. Aussi, parce que leurs vies sont très gérées, je suis devenu fasciné par toutes les portes et les serrures sur les portes de ce côté et les ruelles de ce côté, et les clôtures. Parce que leurs vies sont entièrement gérées, l’idée qu’il y avait une vache fougueuse dans cette situation gérée me plaisait. Elle avait cette très belle tête, cette tête blanche avec un peu d’eye-liner. Pour moi, c’était juste une belle vache. Sa tête était visuellement très importante, donc nous la voyions facilement. Donc, son apparence et sa personnalité ont obtenu le poste, en gros.

Vous avez mentionné à quel point le film est similaire à votre travail précédent. Quand je le regardais et que je lisais dans les notes de presse sur l’accouchement et la traite constants de Luma, cela m’a fait penser à votre court métrage « Milk », et le chagrin que cette mère a traversé. Pourriez-vous développer un peu les thématiques qui, selon vous, se retrouvent dans tous vos films ?

C’est assez difficile, parce que c’est assez personnel. Fait intéressant, je pense que lorsque je fais quelque chose, parfois je ne sais pas où je veux en venir, puis cela devient évident et vous vous dites oh, d’accord. Donc, d’une certaine manière, ce que je vous ai dit tout à l’heure à propos de la vache laitière et d’autres choses est définitivement lié au « lait », je pense que c’est sûr. Mères et bébés. Mais je trouve vraiment difficile d’en parler de manière plus large, en fait. Vous devrez faire les connexions.

★★★★★

A lire également