The Crime of the Century Avis critique du film (2021)

Actualités > The Crime of the Century Avis critique du film (2021)

Deuxième partie, «Qu’y a-t-il pour moi?» joue presque comme une couverture du premier épisode, étant donné que les tactiques de l’avidité des entreprises ne changent pas, autant qu’elles sont reprises par différents suceurs d’âmes. Il se concentre sur l’héritage d’Insys, une autre société qui a forcé son jeu dans le secteur de l’intégration des opioïdes, dirigée par l’entrepreneur John Kapoor. Ici aussi, Gibney pénètre profondément dans la machinerie de cette entreprise, y compris les vendeurs qui étaient très bons dans leur travail et qui ont ensuite été confrontés à un calcul bien trop rare. L’ancien vice-président des ventes de Kapoor, Alec Burlakoff, partage son expérience de bousculade pour l’entreprise, poussant le médicament sur les médecins. Il en va de même pour l’une de ses meilleures recrues, le directeur régional Sunshine Lee, un travailleur acharné qui est tombé dans le piège de ce qu’Insys avait promis, mais qui avait également sa propre responsabilité dans un jeu aussi lâche. Ils ont vendu leur âme à cette cause qui est devenue de plus en plus corrompue, et leur temps passé devant la caméra, révélant comment Insys a menti aux compagnies d’assurance pour que les clients puissent recevoir des opioïdes mortels comme le fentanyl, se joue comme une tentative de le récupérer.

Raconter tant d’histoire, se remémorer tous ces accords et toutes ces activités criminelles donne à certains de «Le crime du siècle» un sentiment lent de «alors c’est arrivé, puis c’est arrivé». Mais Gibney essaie de lutter contre cela en mélangeant des scènes au présent des lignes de front de la crise des opioïdes, que ce soit avec un ambulancier dans une communauté lourdement touchée par l’épidémie, ou un agent de la DEA essayant de faire une piqûre sur un revendeur. Il y a aussi des témoignages d’Américains toxicomanes, avec leurs propres histoires extrêmes sur la façon dont le produit est devenu si non réglementé (comme Gary et ses 50 comprimés prescrits par jour). Ces histoires ajoutent plus d’un côté humain, souvent héroïque, et pourtant elles contribuent également à rendre le documentaire émotionnellement non focalisé. « Le crime du siècle » ne réussit pas tout à fait un acte de jonglerie gracieux entre éduquer comment le système a été brisé, montrer comment des vies sont complètement détruites par ces pilules, et ensuite factoriser ceux qui ont essayé de faire une différence.

C’est l’un des documentaires les plus explosifs de Gibney, mais il doit aussi être l’un de ses plus zélés dans la façon dont tout est présenté. En effet, aucun tir de drone inquiétant du bâtiment Purdue Pharma n’est épargné (bien que le dernier soit un bon coup de pied), et il en va de même pour les gros plans de pilules avec du CO estampé dessus. Et chaque fois que Gibney peut lancer une chanson reconnaissable pour diriger une séquence, il y va, comme lorsque des images de crimes aux opioïdes sont accompagnées de « Take Me Home, Country Roads » de John Denver; Finalement, certaines des séquences musicales correspondent au fromage des vidéos de rap d’entreprise que Gibney utilise pour un soulagement comique mortifiant, qui comprend l’opiacé de rap. Mais sérieusement: bien que le documentaire ait tant à partager, il n’a pas le caractère poignant ou la poésie qui aide ces appels à l’attention informés à vraiment résonner. (Le récent document HBO de Gibney, «Agent of Chaos», a cloué cela lorsqu’il s’agissait de retracer l’ingérence russe dans les élections américaines.) Au lieu de cela, cela devient une affaire assez froide, même si son histoire incarne des défauts très humains: certaines personnes feront tout pour plus de pouvoir et l’argent, d’innombrables autres fera tout pour se sentir mieux, en particulier dans le cycle de la dépendance. « Le crime du siècle » éclaire cette horrible dichotomie en donnant aux téléspectateurs toutes les preuves dont il dispose. Peut-être qu’avec toutes ces informations disponibles maintenant, d’autres cinéastes et journalistes pourront raconter des histoires similaires qui sont un peu plus ciblées, mais tout aussi nécessaires.

La première partie est diffusée sur HBO le 10 mai; la deuxième partie est diffusée la nuit suivante.

★★★★★

A lire également