The Conjuring: The Devil Made Me Do It Avis critique du film (2021)

Actualités > The Conjuring: The Devil Made Me Do It Avis critique du film (2021)

Si ce point n’était jamais arrivé, j’aurais pu plus facilement rejeter le troisième épisode de «The Conjuring» – un chapitre consécutif après un certain nombre de spin-offs comme «Annabelle» et «The Nun» avec des degrés divers d’intelligence, de compétence et de peur – comme un film d’horreur qui ne peut pas être dérangé d’être à la hauteur de ses origines à couper le souffle. Encore une fois, cette sortie réussit à fonctionner comme un thriller policier médiocre dans une certaine mesure; mais un avec trop de suspects et d’incidents dans des incidents déchirants. Une mystérieuse affaire de meurtre en série émerge au milieu du ton déroutant du film et une personne assez obsédée par ses détails déroutants doit volontairement descendre dans le terrier du lapin pour le casser.

Mais qui diable veut vraiment que le nouveau «The Conjuring» soit rétrogradé à un simple polar de toute façon, alors que son prédécesseur original est toujours l’un des films d’horreur les plus brillants et les plus effrayants du 21st siècle? Si vous n’êtes pas cette personne, il est peu probable que la panoplie de frayeurs creuses et de secrets inintéressants de ce film aboutisse à des frissons de courte durée, malgré quelques effets réussis et un élégant travail de caméra du directeur de la photographie Michael Burgess. Pourtant, le cinéaste Chaves de «La malédiction de La Llorona» lui donne un coup de feu, mettant en scène Patrick Wilson et Vera Farmiga alors qu’ils dépeignent à nouveau les enquêteurs paranormaux Ed et Lorraine Warren enveloppés dans un cas basé sur une histoire vraie. Le prologue ici a lieu en 1981, lorsque l’exorcisme de l’adolescent David Glatzel (Julian Hilliard) laisse Arne Johnson, un jeune homme de bonne humeur dans une relation amoureuse avec la sœur de David Debbie (Sarah Catherine Hook), hanté par l’emprise d’un Force du mal. Quand Arne commet un meurtre horrible à la suite des événements qui utilisent un trop grand nombre de clins d’œil visuels reconnaissables à «L’Exorciste» (y compris une photo ridiculement évidente d’un prêtre debout près d’un réverbère doux avec une valise à la main), les Warrens lentement découvrir des crimes similaires qui ont eu lieu dans la région. Alors ils se lancent dans une quête pour prouver à l’avocat inquiet d’Arne qu’Arne était en fait possédé pendant qu’il commettait le crime. (Son cas réel marque apparemment la première fois aux États-Unis où la possession démoniaque a été utilisée comme défense dans une affaire judiciaire.)

Le scénariste David Leslie Johnson-McGoldrick ajoute de nombreuses références à l’univers «The Conjuring» dans son scénario, y compris une blague inspirée avec Ed suggérant de présenter l’avocat sceptique d’Arne à la poupée maudite Annabelle pour éclaircir quelques-unes de ses questions. Mais finalement, l’histoire se débat entre les mains d’un étrange rythme intermittent qui semble presque épisodique alors que les Warrens font équipe avec la police locale, frappent aux portes, s’aventurent dans la forêt, rampent dans les sous-sols et collaborent avec les coutumiers. figures religieuses pour suivre les traces du diable. L’idée de base est surchargée et surchargée, perdant finalement son emprise sur le public, en particulier lorsque l’intrigue s’aventure dans une autre affaire de meurtre similaire entre deux petites amies et s’éloigne de l’événement principal pendant de longues et ennuyeuses périodes de temps. À tel point que lorsque Ed et Lorraine en viendront à comprendre la nature sorcellerie de leur cas, vous pourriez manquer de raisons de vous soucier de leur mission, ou pire, oublier ce qu’ils recherchaient pour commencer. Les choses ne s’améliorent pas beaucoup, même après l’apparition de l’occultiste terriblement sorcier d’Eugenie Bondurant.

★★★★★

A lire également