The Bad Guys Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > The Bad Guys Avis critique du film & résumé du film (2022)

Cette scène d’ouverture de « The Bad Guys » est sa plus forte, et elle est très prometteuse. Mais l’énergie sage et rapide qui était autrefois si dynamique devient de plus en plus tendue à mesure que l’histoire évolue et atteint sa conclusion frénétique.

Basé sur la série de romans graphiques pour enfants d’Aaron Blabey, « The Bad Guys » suit un groupe de criminels amusants qui se penchent sur leur rap en tant que méchants du règne animal pour des sensations fortes et du profit. Wolf (exprimé par un Rockwell doux) est leur leader charismatique, avec des nuances indéniables de Danny Ocean. (Au cas où les similitudes n’étaient pas évidentes, il est à plusieurs reprises comparé à George Clooney.) Snake (un Marc Maron graveleux et terreux) est le safecracker grincheux mais fidèle. Shark (Craig Robinson) est le maître enthousiaste du déguisement, mais ce qui est amusant, c’est qu’il est toujours totalement évident qu’il s’agit d’un requin. Tarantula (Awkwafina) est le hacker rapide et ingénieux, une mission où il serait en effet utile d’avoir huit bras. Et la principale compétence que le colérique Piranha (Anthony Ramos) semble apporter est la flatulence toxique, qui au début semble être un bâillon gratuit pour faire rire les enfants du public, mais cela finit par être une ligne étonnamment cohérente dans le script d’Etan Cohen (« Madagascar : Escape 2 Africa »). (C’est quand même dégoûtant.)

Après avoir été surpris en train de voler une statue de valeur lors d’un gala chic, les méchants notoires acceptent de nettoyer leur acte avec l’aide du célèbre cobaye philanthrope, le professeur Marmalade (un guilleret Richard Ayoade) afin d’éviter la prison. Le petit rongeur prissy vit dans un manoir gargantuesque à flanc de falaise conçu pour un méchant de Bond, notre premier indice que tout n’est peut-être pas aussi simple qu’il y paraît. L’équipe obtient une couverture du gouverneur, Diane Foxington (Beetz), qui veut les voir aller tout droit; elle partage également un flirt ludique avec Wolf. Mais le stratagème de Wolf est que les méchants prétendent qu’ils sont devenus des gentils afin de tromper tout le monde et de rester… méchants. Ça sonne bien ?

L’animation est colorée et vivante – presque incessante, vraiment – et la comédie physique est à son plus inspirée lorsqu’elle joue subtilement avec les instincts naturels de ces créatures anthropomorphisées : la façon dont Snake se débarrasse de sa peau en plein braquage, par exemple, ou comment Tarantula marche sur un bloc d’empreintes digitales lorsque le gang est mis en prison. Pendant une grande partie du film, nous avons littéralement un loup déguisé en mouton, car le chef du groupe est obligé de s’habiller d’une grenouillère en agneau câlin dans le cadre de sa rééducation. C’est bon pour rire, au début.

Mais la section médiane semble affaissée et la fermeture éclair et la fanfaronnade précoces s’usent minces. Néanmoins, il existe ici des notions utiles sur les secondes chances et la rédemption, ainsi que sur le fait de bouleverser les perceptions des gens pour devenir la meilleure version possible de vous-même. Cela semble facile, mais le script traite ces thèmes avec une certaine intelligence. À tout le moins, « The Bad Guys » encourage les enfants à ne pas juger un livre par sa couverture – et peut-être même à lire un vrai livre sur ces personnages par la suite.

Maintenant à l’affiche dans les salles.

★★★★★

A lire également