Sundance 2023: Fair Play, Cat Person | Festivals & Awards

Actualités > Sundance 2023: Fair Play, Cat Person | Festivals & Awards

Chloé Domont « Fair-play » était sans doute le film le plus discuté à Park City ce week-end. Une étude brûlante de l’insécurité masculine dans un monde vicieux de requins qui écrasent l’âme, il présente une performance époustouflante de Phoebe Dynevor, bien assortie à Alden Ehrenreich, réalisant son meilleur travail cinématographique depuis des années, peut-être jamais. Il s’agit d’un premier long métrage confiant qui dévoile ce qui se passe lorsque la dynamique du pouvoir change dans une relation et comment certaines personnes sont incapables de changer avec elles. Certains ont soutenu qu’il s’agissait d’une pièce sur la « guerre des sexes », et je pense que Domont a une certaine empathie pour la moitié masculine de cette dynamique, mais je la vois plus comme un déballage de la fragilité masculine, l’histoire d’un homme qui se sent tout ce qu’il voulait lui échapper, et il s’en prend donc à la personne avec qui il voulait passer le reste de sa vie, et à la femme forte qui se lasse de plus en plus de sa faiblesse.

Domont ouvre son film par une scène astucieuse qui révèle bien les ingrédients de sa recette cinématographique : le genre, la sexualité et une relation cachée. Après qu’une tentative d’intimité dans une salle de bain ait mal tourné, Luke (Ehrenreich) tombe sur une proposition maladroite à sa petite amie Emily (Dynevor). Les deux ont vécu ensemble mais ont gardé leur relation secrète car elle va à l’encontre des politiques de la société de haute finance dans laquelle ils travaillent. Ils se lèvent tous les matins à 4h30 et empruntent des chemins différents pour se rendre au bureau afin que personne ne puisse comprendre. Luke ne dit même pas à ses parents qu’il est fiancé. Le plan est de gravir les échelons de l’entreprise jusqu’à un point où ils sont plus à l’épreuve des balles. Ils découvriront que c’est plus difficile lorsque deux partenaires ne sont pas sur le même échelon.

Après le licenciement impitoyable d’un chef de projet, Luke pense qu’il obtient la promotion, mais elle finit par aller à Emily à la place. Lorsque la dynamique du pouvoir change au bureau, elle commence à ronger Luke. Il prend de plus gros risques, espérant une énorme aubaine. Il s’inscrit à des cours en ligne superficiels sur la confiance et la stratégie commerciale. Et il semble grincer des dents quand Emily prend même le contrôle dans des situations sexuelles, se sentant émasculée. De son côté, Emily s’investit davantage dans le travail, essayant d’impressionner un patron impitoyable joué par Eddie Marsan, et perdant tout son clivage travail/vie. Elle rentre tard et souvent ivre. Emily et Luke commencent à dériver dans des vies séparées, et aucun ne fait beaucoup d’efforts pour l’arrêter.

★★★★★

A lire également