Sundance 2022: A House Made of Splinters, Midwives, The Mission, Sirens | Festivals & Awards

Actualités > Sundance 2022: A House Made of Splinters, Midwives, The Mission, Sirens | Festivals & Awards

Pourtant, chaque détail n’a pas besoin d’être énoncé pour ressentir le pathétique du film. Il s’agit d’une lentille empathique, qui, avec sa distance respectueuse, ne franchit jamais la ligne de la tragédie minière pour la consommation. Au contraire, même parmi les avenirs sombres apparemment inévitables qui attendent certains, « Une maison faite d’éclats » nourrit l’espoir dans une guerre parfois sans espoir.

Hla, propriétaire d’une clinique bouddhiste, et Ny Nyo, son apprentie, vivent à Rakhine, un État du Myanmar déchiré par la guerre. Là-bas, le nettoyage ethnique des musulmans soutenu par l’État en a poussé beaucoup à se cacher, à s’exiler ou à mourir. « Sages-femmes » L’enregistrement candide et visuellement somptueux de Hnin Ei Hlaing de cinq ans de leur partenariat difficile, capture la tentative de ces deux femmes de fournir des soins de santé et d’autres services à une population qui survit à peine au milieu d’un régime génocidaire.

Hla et Nyo forment un couple improbable. Médecin franche et dévouée, Hla n’a pas les bonnes manières au chevet du patient. La sage-femme grossière, un produit des divisions de son pays, fréquente souvent ses patients musulmans et utilise des insultes raciales pour châtier Nyo. Même ainsi, dans un pays où le simple fait de traiter les musulmans est punissable, où les voisins dénoncent les voisins, Hla prend un gros risque. Face à l’opposition, elle et son mari continuent de fournir des soins de santé aux femmes musulmanes enceintes et à leurs enfants. Nyo, une jeune mère et épouse, endure l’amour dur mal placé de Hla parce qu’elle veut désespérément aider les siens. Nyo et son mari enseignent aux enfants du quartier et elle espère créer sa propre clinique.

Pour dépeindre le conflit religieux qui afflige le pays, Hlaing ne se contente pas de suivre ces sages-femmes inébranlables, elle juxtapose silencieusement les paysages obsédants du brouillard impénétrable des montagnes environnantes avec la tige verdoyante des rizières idylliques du village. Parfois, la partition poignante au piano accompagnant des montages légers d’enfants en train de jouer – ignorant la guerre qui les entoure – rend ces séquences larmoyantes. Mais les menaces indubitables qui guettent ce petit village, les bombes qui explosent et les coups de feu tirés au bord des routes locales, ne sont jamais minimisées. Grâce au courage de Hla et Nyo et à leur refus d’abandonner les personnes dans le besoin, « Midwives » de Hlaing est une célébration inspirante de ces deux femmes incassables.

★★★★★

A lire également