Spin Me Round

Actualités > Spin Me Round

Il y a un certain type de gars qui opère avec une vulnérabilité désarmante, révélée seulement plus tard comme manipulatrice. Des gens comme ça sont souvent des chefs d’entreprise, ils donnent des Ted Talks sincères, parfois ils créent des sectes. Dans « Spin Me Round », Nick (Alessandro Nivola) est un tel homme. Il est le PDG et fondateur de Tuscan Grove, une franchise de type Olive-Garden, où vous pouvez obtenir un repas de trois plats pour 13,95 $, et la sauce est versée sur les rigatoni à partir d’un sac à pression géant. Nick a un sourire éblouissant, un air facile, et il pleure quand il mentionne sa sœur décédée. C’est tellement évident de l’extérieur que Nick n’est pas au niveau, mais pour l’Amber inexpérimentée (Alison Brie), il est éblouissant. Sa soi-disant vulnérabilité l’hypnotise.

« Spin Me Round », réalisé par Jeff Baena et co-écrit par Baena et son collaborateur fréquent Brie, est rempli de caractérisations si compliquées mais subtiles, de personnages si familiers que vous ressentez un choc de reconnaissance en les rencontrant : « Oh, d’accord, je savoir qui est cette personne. » Ensuite, vous vous asseyez et profitez de la balade. Pour la plupart, le trajet est amusant. « Spin Me Round » est en partie récit de voyage, en partie comédie, en partie récit d’autonomisation des femmes et en partie récit édifiant d’Henry Jamesian (une Américaine est poussée dans l’élite européenne corrompue). C’est beaucoup à assembler, et Baena ne le gère pas tout à fait. Le film est meilleur lorsqu’il commente le style affiché, nous montrant le familier, puis le sape. L’affiche de « Spin Me Round » est une imitation de la couverture d’un roman d’amour, avec un coucher de soleil enflammé et une poitrine qui se soulève. Subversion est le nom du jeu.

Alison Brie joue Amber, qui gère un Tuscan Grove à Bakersfield, en Californie, où elle a grandi. Cela fait neuf ans qu’elle occupe ce poste et elle n’en a pas l’air contente du tout. À un moment donné, son sourire cassant s’estompe, révélant une expression comme une expression de cri silencieux aux yeux morts. La vie d’Amber passe à côté d’elle. Tout cela change lorsqu’elle est choisie pour assister à une conférence des managers à quelque chose appelé le Tuscan Grove Institute en Italie. Les gérants découvriront la cuisine italienne dans un cadre magnifique. Amber n’a jamais quitté l’Amérique. Elle est plus qu’excitée.

Dès son arrivée, elle se rend compte que quelque chose ne va pas. Elle est obligée de remettre son passeport à Craig (Ben Sinclair), l’organisateur de la conférence barbu et costaud, avec une lueur pas très belle dans les yeux. Les gérants étaient censés loger dans une villa italienne. Au lieu de cela, ils sont mis dans un motel bon marché. La chambre d’Amber donne sur une rangée de bennes à ordures. Encore plus étrange, les gérants reçoivent un couvre-feu et ne sont pas autorisés à quitter les lieux. Les démonstrations de cuisine sont données dans la salle de conférence quelconque du motel.

Les autres managers sont joués par une rangée d’acteurs talentueux meurtriers. Il y a Deb (Molly Shannon), qui considère Amber comme sa nouvelle meilleure amie. Il y a Fran (Tim Heidecker), qui se considère comme un expert de la cuisine italienne, et ennuie tout le monde aux larmes. Jen (Ayden Mayeri) est pétillante et désemparée (elle tient un concombre devant sa bouche, l’agite comme un cigare et dit : « Regarde, je suis Karl Marx ! »). Susie (Debby Ryan) a apporté de l’ecstasy et le fait avec Jen. Âmes sœurs instantanées. Et enfin, il y a Dana (Zach Woods), amoureux de la franchise Tuscan Grove, et impressionné lorsqu’il rencontre Nick le PDG.

Aux côtés de Nick se trouve une mystérieuse figure nommée Kat (Aubrey Plaza), qui semble d’abord être son assistante, fumant maussadement des cigarettes à l’extérieur et lançant à Amber des regards perplexes. Un jour, Kat invite Amber à faire l’école buissonnière. Ambre est ravie. Kat la conduit ensuite au bord de la mer, où le yacht de Nick est amarré, et la laisse là pour passer la journée à naviguer avec Nick. Amber est éjectée, mais Nick brille de larmes vulnérables et se déprécie avec charme. Il lui pose des questions personnelles rebutantes, auxquelles Amber répond. Il teste les limites. Il y a des drapeaux rouges partout, mais Amber est ravie. Quand ils reviennent à terre, Kat attend dans la voiture, renfrognée comme un nuage d’orage.

Il est impossible, à ce stade, d’éviter la pensée de Ghislaine Maxwell. Est-ce que la procuratrice de Kat Nick ? Amber est-elle livrée entre les mains d’un prédateur ? Amber ignore-t-elle qu’à toutes fins utiles, elle fait l’objet d’un trafic ? Amber s’enfonce dans le cercle intime : Nick l’invite à une fête et Kat lui achète une robe sexy. Tout le monde à la fête est riche et eux aussi s’intéressent de façon inquiétante à Amber. Plusieurs personnes lui disent qu’elle semble si « ouverte d’esprit », même si Amber ne le projette pas du tout. Pendant ce temps, de retour au motel, les cours de cuisine continuent, Deb se cache devant la porte d’Amber et Dana commence lentement à voir que Tuscan Grove n’est peut-être pas bon.

Les changements d’humeur ici sont surprenants. Chaque scène est intéressante et le film est souvent assez drôle, mais le monde de Nick est si sombre et tordu qu’il est difficile de concilier les deux moitiés. Le travail de Baena comprend souvent d’étranges juxtapositions comme celle-ci, la tragédie à côté de la comédie, l’horreur à côté de l’humour, les films se libérant des attentes de genre. Son premier crédit en tant que scénariste était « I Heart Huckabees », après tout. Le travail de Baena en tant que réalisateur (« Joshy », « Life After Beth », « Horse Girl ») est un peu inégal, mais quand ça marche, ça marche. « Les petites heures » de 2017, basé sur une histoire de Le Décaméron, est une farce française directe, où des nonnes médiévales excitées jaillissent un dialogue sarcastique contemporain et chassent autour du mâle sexy au milieu d’elles. C’est hilarant. Baena attire une liste impressionnante d’acteurs, et il n’est pas difficile de comprendre pourquoi.

Il y a un cœur noir subversif palpitant au cœur de « Spin Me Round », sinon une comédie légèrement divertissante. Vous ne vous attendez pas à ce qu’un cœur noir subversif « aille avec » un divertissement léger. Même lorsque les choses « fonctionnent », comme il se doit bien sûr parce que c’est une comédie, il y a eu des aperçus d’une telle laideur et d’une telle obscurité qu’il est difficile de s’en débarrasser. Mais peut-être que nous ne sommes pas censés nous en débarrasser. Peut-être que la juxtaposition parfois difficile de différentes ambiances et styles est ce dont il s’agit. Baena s’amuse évidemment à présenter les tropes familiers puis à les subvertir, mais ces pièces ne s’emboîtent pas vraiment et ne mènent pas non plus à une conclusion satisfaisante. Le cœur noir subversif a besoin de plus d’espace pour jouer.

Maintenant à l’affiche dans les salles, disponible sur les plateformes numériques et en streaming sur AMC+.

★★★★★

A lire également