Slumberland Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Slumberland Avis critique du film & résumé du film (2022)

Ce ne serait pas la seule tentative de porter les aventures de Little Nemo sur grand écran. En 1984, il y avait une version européenne coûteuse intitulée « Dream One » qui a été coproduite par John Boorman, a présenté un casting qui comprenait des goûts de Harvey Keitel, Nipsey Russell, Carole Bouquet et Michel Blanc et était, selon la plupart des témoignages, un peu une catastrophe. Quelques années plus tard, la coproduction animée américano-japonaise « Little Nemo: Adventures in Slumberland » est sortie et a également été un échec, même si elle était au moins parfois intéressante. Franchement, le film qui s’est le plus rapproché de la capture du mélange d’images étonnamment hallucinatoires et de narration ambitieuse de McCay à ce jour est le classique de Terry Gilliam « Time Bandits », jusqu’à la volonté de McCay de traiter des thèmes plus sombres dans ses récits sauvages.

Une nouvelle vision cinématographique de la création de McCay est maintenant arrivée sous la forme de « Slumberland » de Francis Lawrence et bien que ce soit un film que peu de gens aimeront réellement, vos raisons de ne pas l’aimer varieront probablement en fonction de votre connaissance personnelle du matériel source. Si vous connaissez McCay et sa place dans l’histoire de la bande dessinée, le film est une profonde trahison de son travail qui prend une création étonnamment unique et la transforme en une sorte de boue totalement oubliable. Ceux qui n’ont jamais entendu parler de Nemo ou de McCay le verront plutôt comme une autre épopée fantaisiste fade qui dépense des dizaines de millions de dollars mais qui, d’une manière ou d’une autre, ne parvient pas à proposer une seule image mémorable en retour.

Cette fois-ci, Nemo (Marlow Barkley) est une fillette de neuf ans vivant dans un phare isolé avec son père (Kyle Chandler), qui la régale tous les soirs d’histoires élaborées au coucher impliquant des trésors fabuleux, des créatures dangereuses et son fidèle compagnon, un voleur connu sous le nom de Flip. Lorsque son père meurt en mer, Nemo est envoyée vivre avec son frère séparé, Philip (Chris O’Dowd), un crétin citadin qui vend des poignées de porte pour gagner sa vie et n’a aucune idée de la façon de communiquer avec un enfant, encore moins un en deuil.

★★★★★

A lire également