Rosaline Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Rosaline Avis critique du film & résumé du film (2022)

La comédie de « Rosaline » est en grande partie due à la manière dont elle propulse le dialogue de Shakespeare dans la modernité. Cependant, l’absurdité des femmes corsetées, vivant à une époque où elles sont censées être vues et non entendues, prononçant « soufflez-moi » aux prétendants n’est pas une forme durable de comédie. Il vieillit rapidement quand c’est le seul effort risible inséré dans le script. Il y a certainement des moments dignes de rire dans le film, mais ils sont comptés d’une seule main.

Les détails anachroniques du film existent dans tous les coins et recoins. Son dialogue est moderne, la partition et la bande originale contiennent des interprétations de chansons contemporaines et les accents des personnages de Vérone vont du sud des États-Unis au britannique. Ce mélange désinvolte d’anachronismes contrastés dans tous les aspects du film suit la ligne de la comédie intentionnelle et des détails négligents. Cependant, il passe à travers toutes les formalités de Shakespeare traditionnel qui pourraient ne pas plaire à certains publics, donc il a tout pour plaire.

Le film du Maine se moque de ces tropes romantiques tout en y jouant; contraster les histoires d’amour de Rosaline et Juliette (interprétée ici par Isabela Merced) permet au film de décortiquer leur romantisme juxtaposé. L’histoire d’amour de Rosaline avec Roméo était plus hésitante et réfléchie, tandis que celle de Juliette était un plongeon complet dans l’engouement. L’acte de romancer l’amour jusqu’au véritable aveuglement émotionnel est examiné à travers les deux personnages. « Rosaline » considère également la façon dont les femmes sont censées sacrifier leur identité au nom des hommes de leur vie, des pères et des amants en particulier. Cependant, il existe de nombreuses lignes d’autonomisation féminine peu profondes et des moments de pouvoir des filles qui donnent l’impression de se plier aux attentes d’une adaptation moderne de cette histoire.

« Rosaline » est également banale visuellement, avec des mouvements de caméra et un étalonnage des couleurs qui rappellent le plus une publicité d’assurance à gros budget. Le jeu d’acteur est tout aussi court: Dever a ses moments tout au long du troisième acte, mais elle passe la majorité du film à parcourir les mêmes roulements d’yeux et une livraison sèche. Les personnages secondaires n’offrent pas grand-chose de plus, à l’exception de Dario (Sean Teale), le célibataire italien à volonté, qui joue avec plus d’émotion que les lectures de lignes qui se produisent autour de lui. Il y a une marge de manœuvre à donner en ce qui concerne la chimie romantique dans un film aussi maladroit et blasé que « Rosaline », mais il n’y a pas un seul moment de connexion crédible entre les couples du film.

Il faut comprendre que « Rosaline » n’essaie pas d’échanger des coups avec le détail d’une adaptation d’Austen comme « Emma. », qui est tout aussi comique mais stylistiquement plus raffiné et prévenant. L’objectif de « Rosaline » est d’être une comédie nonchalante et enjouée inspirée d’une histoire classique. Mais avec son scénario forcé et ses performances infructueuses, « Rosaline » est en deçà, même dans sa sphère de genre prévue. Il se permet de s’amuser, mais il n’accomplit pas grand-chose d’autre.

Sur Hulu aujourd’hui.

★★★★★

A lire également