Plane Avis critique du film & résumé du film (2023)

Actualités > Plane Avis critique du film & résumé du film (2023)

Les choses s’améliorent pour « Plane » alors qu’il se prépare pour un gros crash. Notre héros principal, Plane, est frappé par la foudre dans un grand crachat de temps brutal, assommant sa puissance et le condamnant à un atterrissage imprévu. Avec plutôt un air de « Je n’arrive pas à croire ce mauvais service », les 14 passagers à bord commencent à s’affoler progressivement ; les choses deviennent encore plus désastreuses quand quelqu’un pense qu’il peut déjouer les ceintures de sécurité. La séquence est coupée avec une intensité percutante et heureuse que vous n’êtes pas là, et quelques cascades illustratives – des choses désagréables impliquant des traumatismes à la tête et au cou – incitent fermement à ne pas tester la gravité. Le pilote de Butler, Brodie Torrance, qui a lancé le vol avec des blagues de qualité Southwest Airlines sur l’interphone, exécute des manœuvres machos et demande à son copilote Samuel (Yoson An) de chronométrer les dix minutes dont ils disposent avant de finalement s’écraser sur une télécommande. île aux Philippines.

Au cours de cette descente tumultueuse, il est très étrange que « Plane » montre un gros plan d’un message texte rédigé mais pas assez long pour que nous puissions lire ce qu’il dit. Mais c’est plutôt un indice qu’aucun personnage n’a de point important dans cette histoire, à part, peut-être, un fugitif capturé nommé Louis Gaspare (Mike Colter), qui est menotté à un officier à l’arrière de l’avion. Son histoire d’homicide est plus tard utile lorsque le vol atterrit dans un territoire progressivement hostile. Brodie, avec son histoire dans la RAF et un pistolet secrètement dans son pantalon, l’emmène sur le terrain mystérieux pour trouver de l’aide. Butler et Colter continuent de repousser les méchants, avec peu de chimie entre eux dans le processus.

Tout bascule pour eux lorsque, après avoir fait une percée dans les communications dans un entrepôt louche (des balles sur le sol, pas un bon signe), un méchant se faufile par derrière et tente de tuer Brodie. La bagarre qui s’ensuit est impressionnante, la caméra tenant principalement le visage de Butler alors qu’il se bat avec ce mec plus gros dans des espaces restreints. Mais rien n’est aussi excitant ou durable à partir de maintenant, même lorsque Richet tente d’accroître le danger avec des miliciens impitoyables qui roulent et kidnappent les passagers et l’équipage de Brodie. « Plane » se précipite à travers ses rythmes émotionnels et explosifs pour pouvoir passer à la prochaine crise sans avoir à remplir la précédente, et il effleure sauvagement les bonnes choses dans le processus. Les situations d’otages sont rapidement résolues, des échanges de coups de feu ennuyeux sont exécutés comme s’ils avaient été abattus à des jours différents, et même le tueur raide et silencieux de Colter n’a que son silence pour rendre sa raideur intéressante à distance car il n’obtient pas beaucoup d’arc malgré le sinistre promesse au départ. C’est juste un tas de bouillie de cinéma d’action, présentant le terrain de la jungle avec une teinte de couleur qui correspond à la sueur humide sur le t-shirt de Butler.

★★★★★

A lire également