|

Palmer : Avis critique et résumé du film (2021)

Actualités > Critiques et avis > Palmer : Avis critique et résumé du film (2021)

Le résumé du film

De système carcérale à vie normale

Après 12 ans d’emprisonnement, Eddie Palmer (Justin Timberlake) est enfin libre. Mais comme beaucoup de ceux qui quittent le système de justice pénale, le retour à la maison peut être une expérience douloureuse. En effet, il y a la colère qu’il a ressentie au fil des années de sa vie perdue et les innombrables relations qui ont été tendues ou se sont éteintes.

Le retour à la maison est-il le même après si longtemps – quand les voisins sont plus enclins à chuchoter dans votre dos qu’à vous saluer ? Où peut-il trouver du travail si personne en ville ne veut lui donner une seconde chance ? C’est la dure réalité que Palmer vit en reprenant contact avec de vieux amis d’enfance et en vivant avec sa gracieuse grand-mère, Vivian (June Squibb). À côté de la maison de sa grand-mère vivent Shelly (Juno Temple) et son jeune fils, Sam (Ryder Allen), et ils font également partie de la nouvelle vie de Palmer. Shelly est une femme perturbée qui lutte contre la toxicomanie, et elle quitte bientôt la scène sans savoir quand (ou si) elle reviendra.

Un combat pour Sam

Aujourd’hui, l’histoire de Palmer n’est plus seulement la sienne. Lorsque Sam vient vivre avec Vivian après la dernière disparition de sa mère, Palmer accepte d’abord à contrecœur le nouveau colocataire qui dort dans leur salon. Il essaie également de comprendre la fascination du petit garçon pour les princesses et les fées, quelque chose qu’un dur à cuire comme lui ne semble pas comprendre. Mais ce qui ressemble d’abord à une posture machiste finit par devenir une préoccupation. Il ne veut pas que Sam soit harcelé, comme il l’a si souvent été à l’école, alors Palmer commence à défendre Sam contre des brutes de toutes tailles et de toutes sortes. Son tempérament de courte durée et sa volonté de se tourner vers des actions imprudentes entraînent certaines conséquences, mais ce n’est rien que ce drame au cœur tendre ne puisse pas gérer à la fin.

Avis critique du film

Deux personnages différents mais complémentaires

Malgré ses bords rugueux, « Palmer » de Fisher Stevens est un drame doux. En effet, il ne va pas aussi loin dans les émotions ou l’état d’esprit de Palmer, mais les garde plutôt sous haute surveillance dans la performance bourru de Timberlake. Ce dernier a peut-être les lèvres presque trop serrées, essayant un visage de poker à la Clint Eastwood contre le monde entier, regardant avec suspicion la plupart des gens en ville, sauf Vivian. Par ailleurs, il est parfois difficile de rester à bord avec un personnage aussi distant.

Mais c’est là que Sam entre en jeu. Il est une joie absolue dans les notes plus tristes du film. Grâce à la direction de Stevens et à la cinématographie de Tobias A. Schliessler, le film est plus brillant lorsque Sam et ses robes roses et ses jouets de fée luttent contre la perspective morne de Palmer. Au début du film, tout semble incolore et triste. Même la maison de Viviane est parfois sombre. Mais Sam est un contrepoids, tant dans l’esprit que dans la présence.

Un potentiel inexploité

Malgré les nombreuses tensions qui se manifestent dans le scénario de Cheryl Guerriero, quelque chose dans le film ne saute pas tout à fait de la page. Il s’agit peut-être de la romance douce mais un peu guindée de Palmer avec le professeur de Sam, Maggie Hayes (Alisha Wainwright). Peut-être est-ce le rôle trop bref de Vivian, qui prive le public du personnage vertueux de Squibb qui reproche à son petit-fils de les avoir mis en retard à l’église, mais qui refuse de s’excuser au début quand elle est en tort. Son dévouement envers sa congrégation joue un rôle majeur dans le film, mais il semble que ce soit une pensée après coup.

Une relation père fille à l’image des idéaux de la société

D’une certaine manière, « Palmer » ressemble à un extrait du film « The Kid » de Charlie Chaplin, dans lequel une figure paternelle réticente prend le relais par sympathie qui finit par se transformer en amour. (C’est un modèle réussi qu’Adam Sandler a également suivi dans « Big Daddy« .)

Mais alors que de nombreux films ont joué cette prémisse pour les rires, dans « Palmer », la mise en scène est jouée pour les sentiments, et elle est efficace en plus. Il s’agit d’une exploration des idéaux masculins d’une génération qui apprend à accepter et à soutenir les souhaits de la génération suivante de jouer en dehors des binaires de genre. Le drame qui entoure le passé de Palmer semble s’estomper, ses problèmes actuels tournent autour de la protection du petit garçon, loin des tyrans et d’une mère négligente. Bien qu’il ne soit pas parfait, « Palmer » fonctionne grâce au lien père-fils qui se forme entre les deux.

★★★★★

A lire également