Ozark Pushes Off the Pier For Its Last Boat Ride | TV/Streaming

Actualités > Ozark Pushes Off the Pier For Its Last Boat Ride | TV/Streaming

« Ozark » est une émission sur l’équilibre. Au départ, la balance n’avait que deux poids à prendre en compte: la finesse comptable et la stabilité émotionnelle de Marty Byrde (Jason Bateman) par rapport au choix 50/50 du cartel de la drogue de Navarro de tuer Marty ou de lui permettre de blanchir son argent par le biais de diverses entreprises des Ozarks.

Au fil du temps, une multitude d’autres personnalités ont rejoint la balance, se disputant le poids ultime: Wendy (Laura Linney), la femme de Marty, et son dédain et son désir consommés de plier sa nouvelle vie à sa volonté; Ruth Langmore (Julia Garner), une native des Ozarks dont l’intelligence et le courage sont constamment sapés par son milieu socio-économique ; Jonah Byrde (Skylar Gaertner), le fils de Marty et Wendy, qui a appris à blanchir de son père mais a très principes éthiques différents de ceux de ses parents. « Ozark » n’est pas une production aussi flashy que « Breaking Bad » ou « Mad Men », ou même des séries plus anciennes comme « The Sopranos » ou « The Wire », mais s’est avéré tout aussi capable d’écrire, de réaliser et agissant sur d’autres drames de prestige plus médiatisés. Ces sept derniers épisodes de la saison quatre ne déçoivent pas.

Naviguer dans la nature délicate de la dynamique du pouvoir fait partie intégrante de la caractérisation de Marty, et donc de l’écriture de la série. Le cartel de Navarro et leurs associés commettent des crimes, distribuant parfois une violence extrême, alors Marty doit corriger le cap. La performance de Jason Bateman en tant que conseiller financier calme et aux manières douces est une étude sur l’ancrage émotionnel. Si Marty Byrde semble ennuyeux ou ennuyeux pour le public, c’est parce que c’est lui qui tient tout ce château de cartes ensemble. Son corps bouge avec désinvolture, mais avec un but. La moitié du temps, quand il est sur le point de commettre une foule de crimes, on pourrait penser qu’il sortait juste pour acheter des œufs ou mettre de l’essence dans la voiture. La présence prudente et apaisante de Bateman ramène le public aux mathématiques : c’est une histoire sur les secrets qu’une feuille de calcul peut contenir. Marty est le remède contre la gueule de bois noire et gourmande de café à la méchanceté sauvage et gourmande de Wendy. Cela reste vrai tout au long de la finale, et le gain de son personnage est juste et, comme l’homme lui-même, sensé.

Si Marty est le yin, alors Wendy est le yang. Dans ma critique des sept premiers épisodes de la saison quatre, j’ai dit que Laura Linney tirait sur tous les cylindres. D’une manière ou d’une autre, elle intensifie ses performances dans la seconde moitié de la dernière saison. Une lueur sereine, douce mais sans émotion illumine ses yeux lorsqu’elle est insultée par un être cher. Quand elle se moque des peurs et des angoisses des autres, les renvois de Wendy atterrissent comme des enclumes. Linney prononce des censures de style Judgment Day si sévères qu’un peloton d’exécution serait plus gentil. À présent, le public sait que Wendy Byrde est née et a grandi dans un environnement qui n’est pas sans rappeler les Ozarks. Immédiatement, la répulsion provoquée par les Ozark donne à Wendy une inspiration démente. Il était une fois cette culture, ces valeurs qui l’ont réprimée, honteuse et intimidée. Mais elle n’est plus Wendy Marie Davis. C’est Wendy Byrde de la Fondation Byrde, qui blanchissait autrefois de l’argent pour le cartel de Navarro, aujourd’hui une entreprise tout à fait légitime. Il n’est pas juste d’appeler la performance de Linney un nouveau porte-drapeau de la méchanceté, car ce qu’elle a fait dans cette partie a une richesse shakespearienne, mais elle est infléchie avec quelque chose d’inidentifiable. Parfois, les actions de Wendy semblent teintées d’un véritable chagrin face à la mort de son frère, ou propulsées par l’amour pour ses enfants. Parfois, elle semble opérer par pure rancune ou par avidité totale. Le plus effrayant de tous – et c’est pourquoi Linney’s Wendy est une marque d’acteur – parfois, il n’y a rien du tout derrière les actions de Wendy. Elle est un abîme, celui qui causera des blessures mortelles juste en retournant votre regard.

★★★★★

A lire également