My Old School Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > My Old School Avis critique du film & résumé du film (2022)

« Brandon », il ressort, n’était pas du tout Brandon, mais plutôt Brian MacKinnon, qui avait 32 ans lorsqu’il s’est réinscrit à Bearsden en se faisant passer pour un élève de 17 ans. Bien qu’il ait étudié dans la même école à la fin des années 1970, aucun membre du personnel enseignant n’a reconnu MacKinnon, qui avait permanenté ses cheveux dans le cadre de son déguisement. L’explication de l’imposteur au directeur selon laquelle il avait récemment déménagé dans la région, entre-temps, a été acceptée sans autre examen après une rapide vérification d’adresse.

Les détails étonnants de la ruse de MacKinnon – qui n’ont été révélés qu’en 1995, un an après avoir réussi ses examens de niveau supérieur et commencé à étudier la médecine à l’Université de Dundee – l’ont rendu tristement célèbre en Écosse, et l’affaire est naturellement restée avec ceux qui pensaient seulement qu’ils le connaissait. L’un de ces pairs, McLeod, reste principalement hors caméra tout au long de « My Old School », qui interviewe plus de 30 de ses anciens camarades de classe et enseignants dans une tentative triste mais de bonne humeur pour comprendre comment ils auraient tous pu être pris en charge par un tel ridicule tromperie.

En conséquence, « My Old School » se sent souvent aussi chaleureusement provincial qu’une réunion de classe, bien que l’analyse du film de ce qui s’est passé soit contrecarrée par le mélange persistant de perplexité et de chagrin de ses participants. « Bearsden Academy était un peu décalé dans le temps », propose une élève, Nicola Walker, qui ne garde pas tout à fait le sourire sur son visage. « Je me souviens que c’était très démodé », ajoute une autre, identifiée comme Valérie.

McLeod lui-même semble souvent content de rire de toute l’affaire. L’animation est surtout truffée de gags, comme celui où le jeune/vieux MacKinnon se rend en classe et se retrouve face à des indications affichées au fond d’un couloir : l’une pointe vers l’Histoire, l’autre vers les Études modernes. Aussi amusante mais non révélatrice est la décision de McLeod d’asseoir ses personnes interrogées à des pupitres d’école, des postures à l’étroit et des expressions déconcertées soulignant cette question centrale de savoir comment MacKinnon a pu réussir une mascarade aussi déconcertante, et pourquoi.

« C’était comme être derrière les lignes ennemies sans ennemi », raconte MacKinnon avec vantardise à un moment donné, une observation que « My Old School » n’examine pas au départ autant qu’amplifie, se fixant sur les charmes hypnotiques de cet intrus jusqu’à ce qu’il apparaisse plus mythe que homme. Au début, l’approche ludique, voire nostalgique de McLeod correspond aux sentiments de ses interlocuteurs, qui se souviennent de MacKinnon à la fois comme un canard étrange mais comme un héros populaire. Mais le film s’assombrit à mesure que McLeod scrute les souvenirs de ses camarades de classe, faisant apparaître des incidents à moitié oubliés et des questions sans réponse. Les séquences dans lesquelles il souligne des incohérences dans leurs souvenirs – ou prouvent, à l’aide de séquences vidéo, que la réalité des actions de MacKinnon était pire que ce dont ils s’étaient souvenus – marquent le film dans ce qu’il a de plus troublant et d’efficace.

★★★★★

A lire également