Minions: The Rise of Gru Avis critique du film (2022)

Actualités > Minions: The Rise of Gru Avis critique du film (2022)

Maintenant que les Wild Knuckles beaucoup plus âgés sont hors de propos, The Vicious 6 – je veux dire Five – recherchent un remplaçant beaucoup plus jeune. Gru postule pour le poste et reçoit une réponse logée dans une bande 8 pistes autodestructrice. Il entre dans le magasin de disques qui abrite secrètement l’antre de Belle Bottom, rencontrant ainsi son futur collègue, le Dr Nefario (Russell Brand). Nefario donne à Gru un 45 de la reprise de « You’re No Good » de Linda Ronstadt, la clé pour entrer dans la cachette secrète. Comme il est à peine sorti du collège, Gru est renvoyé, mais pas avant d’avoir volé les pierres du zodiaque. Belle et son équipage le poursuivent afin de les récupérer.

Croyez-le ou non, il y a deux autres histoires pleines d’intrigues dans « Minions: The Rise of Gru ». L’un concerne la quête de vengeance de Wild Knuckles, basée à San Francisco, et l’autre implique que les Minions apprennent le kung-fu auprès de Master Chow (Michelle Yeoh) afin de sauver Gru après son enlèvement. Eh bien, ces deux genres vont ensemble; Gru a été emmené par Wild Knuckles dans le but de récupérer ce qui lui revient de droit. À l’insu de M. Knuckles, Otto, le plus récent et le plus bavard des Minions, a échangé les bijoux contre un rocher pour animaux de compagnie. En guise de punition, Gru est soumis à un type de torture que j’endurerais volontiers : il est attaché à un tourne-disque géant qui fera tourner, pendant 48 heures d’affilée, la plus grande chanson disco jamais enregistrée, « More More More » d’Andrea True Connection.

« N’appelle pas ma mère pour demander une rançon », supplie Gru, « elle te paiera probablement pour me garder. » La méchante vieille maman de Gru est à nouveau jouée par Julie Andrews, qui n’a généralement pas besoin de son fils ni de ses hommes de main. Les Vicious 6 se présentent quand même pour lui extraire une livre de chair. Voir la star de « The Sound of Music » se faire botter le cul par une nonne, c’est mon genre de méta ! C’est une façon de résoudre un problème comme Maria, je te dis !

Comme pour « Minions », « Minions: The Rise of Gru » se déplace à une vitesse vertigineuse. Cette fois, cependant, c’est un peu moins épuisant et cela fonctionne à l’avantage du film. Les rires sont bien rythmés et le spectateur n’a pas trop de temps pour réfléchir au ridicule du scénario de Matthew Fogel. L’animation est saisissante, du quartier chinois magnifiquement rendu de la ville près de la baie au look charmant du jeune Gru. Il a les mêmes grands yeux expressifs qui remplissent les visages émotionnels de ses « petites filles ». Carell fait un excellent travail pour rendre sa voix de Gru plus jeune et moins prononcée. Henson et le reste de la distribution ont l’air de s’amuser et leur enthousiasme est contagieux.

Même si vous ne supportez pas les Minions (qui sont à nouveau exprimés dans « Minionese » par Pierre Coffin), vous pourriez trouver celui-ci tolérable. Surtout si vous êtes assez vieux pour comprendre les blagues de 1976, mais que vous vous sentez assez jeune pour trouver de la perplexité dans tous les slapstick loufoques. Si rien d’autre, tout est soigneusement lié dans un arc, mettant le DMU à jour, rendant ainsi tout autre film inutile. Autrement dit, à moins que celui-ci ne gagne une tonne d’argent.

Maintenant à l’affiche dans les salles.

★★★★★

A lire également