Mind Over Murder Avis critique du film (2022)

Actualités > Mind Over Murder Avis critique du film (2022)

Et pourtant, Wang ne construit pas ces docu-séries tentaculaires comme ses œuvres précédentes. La réalisatrice a toujours montré un talent pour interroger les politiques politiques chinoises à travers son histoire personnelle à des fins incisives. Dans « Hooligan Sparrow », elle a utilisé son expérience d’enfance en observant des travailleuses du sexe pour discuter d’agression sexuelle. Pour « One Child Nation », concernant la politique de l’enfant unique du pays, elle a interrogé les personnes directement concernées, y compris ses propres parents, et a examiné sa récente maternité. « In the Same Breath » a révélé la manière dont la propagande de la Chine et des États-Unis a modifié la pandémie. Mais « Mind Over Murder » est une histoire typiquement américaine ; son premier du genre depuis son film sur la route « Je suis un autre toi ».

Niché dans la ville pittoresque du Midwest de Beatrice (prononcé Be-Ah-trice) Nebraska, Wang rend « Mind Over Murder » à travers un objectif de Frederick Wiseman pour raconter l’histoire du meurtre d’Helen Wilson. Cinéaste énergique et investigatrice, Wang n’hésite jamais à analyser chaque détail. Son style complet, en particulier son incroyable capacité à schématiser comment des systèmes autoritaires peuvent agir contre des individus vulnérables, se déplace en quelque sorte avec une précision plus nette que jamais dans « Mind Over Murder ».

Au milieu de son paquet de questions, certains faits restent cohérents : En 1985, pendant une froide nuit d’hiver, quelqu’un est entré dans l’appartement de Mme Wilson et l’a maîtrisée. La police locale a eu du mal à trouver des pistes : elle s’est tournée vers la science – les résultats de laboratoire ont conclu que le tueur avait du sang de type B sans sécrétion – un profileur du FBI, même un médium. Et toujours rien. L’officier de police à la retraite Burt Searcey a pris sur lui de lancer une enquête privée. Il a finalement atterri sur six suspects: Joseph White, Thomas Winslow, Ada JoAnn Taylor, Debra Shelden, James Dean et Kathy Gonzalez, qui, selon lui, ont tous travaillé ensemble pour voler Mme Wilson. Tristement connu sous le nom de « Beatrice Six », le sextuor a été reconnu coupable, puis disculpé 30 ans plus tard grâce à des preuves ADN. Mais les questions entourant leur innocence demeurent, modifiant à jamais leur vie, laissant la famille de Mme Wilson aigrie et dans les limbes, et fracturant une petite ville.

Les docu-séries de Wang se déroulent sur quelques pistes: la première, accomplie dans les deux premiers épisodes, reconstitue le crime et l’enquête qui a suivi en interviewant Searcey, un bon vieux garçon charismatique et averti des médias avec une coupe de cheveux blanche, qui possède maintenant une fleur magasin. Le second, réalisé dans les épisodes trois et quatre, se concentre principalement sur les Beatrice Six et présente des entretiens avec Thomas Winslow, Debra Shelden, James Dean et Kathy Gonzalez parlant de leur procès et de leur disculpation ultérieure. Les deux derniers épisodes traitent de toutes les lacunes du système judiciaire qui ont conduit à la condamnation de six innocents. La fin de chaque épisode prend du recul pour interviewer les acteurs du théâtre communautaire local, qui montent une pièce sur le crime. Wang équilibre ces composants narratifs complexes avec grâce, trouvant la clarté alors même que cette histoire incroyable gagne en complexité.

★★★★★

A lire également