Medusa Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Medusa Avis critique du film & résumé du film (2022)

Le groupe de justiciers trouve ses origines dans le mythe d’une femme nommée Melissa, qui était la fille la plus promiscuité à avoir jamais vécu dans leur ville – plus pécheresse que les filles de Lot. Bien qu’elle soit belle, elle était une briseuse de ménage. Un jour, une femme habillée comme un ange portant un masque blanc a allumé son visage en feu et c’est à partir de ce feu purificateur que les jeunes femmes trouvent leur mission. L’église chrétienne a une longue histoire d’utilisation du feu pour purifier les corps des vivants afin de préparer leurs âmes pour l’au-delà. Ici, da Silveira trouve les horribles échos du colonialisme, de sa conversion forcée des peuples indigènes à l’incendie de leurs terres, se répercutant douloureusement toujours.

Lorsque l’une de ces attaques purificatrices tourne mal, laissant Mari visiblement cicatrisée, elle perd son travail de chirurgie plastique et décide de rechercher Melissa, qu’elle croit toujours en vie dans un service de coma. Au cours de cette recherche, elle rencontre un nouvel ensemble de personnes, dont le point de vue et le mode de vie la poussent à réévaluer tout ce qu’elle tient pour vrai. Cela provoque bien sûr une rupture avec Michele. C’est dans la façon dont da Silveira gère cette rupture que l’on voit la force de son empathie. Si les femmes ont été conditionnées par le patriarcat à se contrôler, il n’y a que les femmes qui peuvent aussi se sauver.

Alors que les deux commencent à trouver la liberté en eux-mêmes et la force de repousser les hommes violents qui dirigent l’église, d’autres femmes du groupe vocal entrent dans le pouvoir qu’elles ont abandonné. Après avoir observé Melissa défier ses petits amis, une de ces femmes murmure à Mair : « Michele, Mariana, Melissa… J’ai lu une fois que les noms de filles qui commencent par la lettre ‘M’ sont des noms de femmes malveillantes… Marie-Madeleine… .Messaline… Des monstres.

Le film de Da Silveira cherche à démanteler ce concept même de la femme monstrueuse, et surtout comment les femmes elles-mêmes le défendent. Dans la mythologie grecque, lorsque Méduse a rompu son vœu de célibat, la déesse Athéna a transformé ses cheveux en serpents et a rendu son beau visage si hideux que tous ceux qui le regardaient se sont transformés en pierre. Medusa n’est pas une méchante, c’est une victime. Elle a osé embrasser sa liberté sexuelle et a été condamnée pour cela.

★★★★★

A lire également