Madoff: The Monster of Wall Street Avis critique du film ()

Actualités > Madoff: The Monster of Wall Street Avis critique du film ()

Bernie Madoff a commencé avec des penny stocks dans les années 60, créant une société qui allait devenir Bernard L. Madoff Investment Securities. Au fur et à mesure que son entreprise grandissait, Madoff a ajouté des clients incroyablement prestigieux à sa liste, parcourant souvent le monde pour séduire les riches et lui permettre d’investir leur argent. Le problème? Il ne l’investissait pas du tout. De nombreux fraudeurs utilisent leurs stratagèmes pour cacher de mauvaises stratégies d’investissement, mais Madoff était plus audacieux, prenant littéralement de l’argent à Peter pour payer Paul et ne mettant pas un centime sur le marché réel. Certaines des anecdotes sur la façon dont ils y parviendraient sont stupéfiantes, notamment l’utilisation des données de stock de la veille sur les déclarations et la manipulation des impressions lorsque les autorités sont venues les voir afin qu’elles n’aient pas l’air fraîchement imprimées. À un moment donné, un document chaud sorti d’une imprimante en ligne a été placé au réfrigérateur pendant quelques minutes afin qu’il ne soit pas si neuf. C’est à couper le souffle et révèle comment Bernie n’a rien fait de tout cela seul. Il lui serait impossible de le faire.

« Madoff : Le Monstre de Wall Street » permet aux experts et aux témoins de raconter l’histoire, entrecoupée de quelques récréations un peu trop nombreuses à mon goût, mais c’est certes un matériau aride que Berlinger et son équipe tentent ici de rendre plus engageant. Ils donnent sagement une tonne de temps dans les segments d’interview à Diana B. Henriques, l’auteur de Le magicien des mensonges, qui connaît clairement cette histoire comme sa poche. Elle sait comment donner aux téléspectateurs tous les détails nécessaires sans que cela ressemble à un devoir.

Elle est aussi, comme la plupart des personnes impliquées, justement en colère contre un système qui a échoué à tant de niveaux. Le nombre de fois où Madoff aurait dû être attrapé est ridicule – on avait parfois l’impression qu’il commettait des crimes à la vue de tous – et le gouvernement a ignoré les lanceurs d’alerte qui ont tenté de le faire tomber. Le dernier chapitre de cette série de quatre épisodes se concentre sur les retombées déchirantes, y compris non seulement ce qu’il a fait à l’arbre généalogique Madoff, mais aussi les nombreux investisseurs, y compris ceux qui ont réussi qui ont retiré de l’argent que le gouvernement a tenté de récupérer. « Madoff : le monstre de Wall Street » devient un récit édifiant, nous rappelant que la cupidité criminelle ne se cache pas toujours dans l’ombre. Parfois, c’est juste devant un projecteur si brillant qu’il aveugle ceux qui sont chargés de l’arrêter.

Toute la série projetée pour examen. Premières sur Netflix le 4 janviere.

★★★★★

A lire également