homepage_macgruber-tv-review-2-8873069-1042475-jpeg

MacGruber Returns with A Stupidly Funny Peacock Series | TV/Streaming

Actualités > MacGruber Returns with A Stupidly Funny Peacock Series | TV/Streaming

Les co-créateurs Will Forte, Jorma Taccone et John Solomon poursuivent l’histoire du héros américain en herbe en construisant davantage l’histoire, y compris celle de la façon dont sa mère (jouée par Marielle Heller) a été assassinée quand il était un garçon, un acte qui « détruit » son père. Ce passé revient lorsque MacGruber affronte le brigadier commandant Enos Queeth (Billy Zane), un ami de son père et un ancien coéquipier de MacGruber avant que MacGruber ne le laisse mourir avec d’autres. Maintenant, Queeth veut un certain gaz toxique dont MacGruber est inexplicablement en possession. Pour vaincre Queeth et son plan, MacGruber fait appel à ses anciens partenaires comme son ex-femme Vicki St. Elmo (Kristen Wiig) et Dixon Piper (Ryan Philippe). MacGruber fait face à une certaine animosité du général Barrett Fasoose (Laurence Fishburne), qui a à contrecœur introduit le personnage de Forte dans le giron, et vit également avec Vicki.

Tout cela est présenté avec le même éclat orange et bleu de l’original, pour le placer dans un univers de Michael Bay, et cela devient l’une des nombreuses façons dont la série continue plus ou moins ce que le film donnait aux téléspectateurs (Taccone, qui dirige nombreux épisodes de la série, réalisé le film original). L’action en général est également bien faite, une partie de la façon dont ce spectacle utilise sa nature consciente et sa netteté pour ensuite actualiser la violence très stupide et très stupide qui est la raison d’être de MacGruber.

Comme quelqu’un avait l’habitude de parcourir le film de 90 minutes pour plus de blagues, il est étrange d’avoir autant de bons one-liners, de scénarios bizarres et de moments de performance inspirés de Forte and co. passer au crible ici. C’était toujours une histoire qui a prospéré grâce à sa nature rapide et furieuse, mais cette série conserve une grande partie de cette énergie avec ses rebondissements (le méchant principal continue de changer de manière surprenante) et aussi son humour. Les défauts ici proviennent davantage de l’étendue: un personnage qui pourrait avoir besoin d’un coup de poing ici (le personnage de Zane semble être une opportunité manquée), ou un brin de complot qui semble incontrôlable là-bas. Mais ce n’est que dans les moments qui remplissent l’histoire du drame personnel et familial qu’il commence à se sentir un peu décousu, car il essaie de mettre l’accent sur des relations qui font néanmoins partie d’un monde sarcastique global, où les scènes de non-action devrait être aussi drôle et percutant que les séquences explosives. Ainsi, même s’il peut être amusant de voir les personnages interprétés par Kristen Wiig et Laurence Fishburne traverser leur vie amoureuse, cela se lit aussi comme une émission qui tue le temps.

Mais quand cela revient à Forte et quel que soit le plan stupide qui se forme dans la tête de MacGruber, cette série prouve pourquoi le personnage mérite une résurrection aussi épique et une deuxième saison. Forte a créé un sens de l’humour si unique avec ce personnage, ce soldat de fortune qui se marmonne des répliques comme s’il vivait dans le film d’action sanglant et hypersexuel qu’il a vu mille fois de trop. Vous ne pouvez jamais prédire quelle insulte ridicule et ridicule sortira de sa bouche (« petit f ** king fan de Dilbert ») ou quelle violence exagérée il déchaînera en étant néanmoins le gars le plus stupide de la pièce. Le spectacle fait presque allusion à un type d’intemporalité pour lui-même, qu’il ne parodiait pas seulement le chauvinisme de Michael Bay ou la série « MacGyver », mais toutes les idées ridicules du légendaire héros américain. MacGruber est l’identité caillée de tous ceux qui l’ont précédé, et les écrivains et les créateurs ont encore beaucoup de gags réfléchissants sur cette signification dans leur arsenal. Il est notre idiot.

★★★★★

A lire également