Lost Ollie Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Lost Ollie Avis critique du film & résumé du film (2022)

Ollie (exprimé par Jonathan Groff) se réveille dans une boîte dans un magasin d’aubaines, désorienté et confus. Avec peu ou pas de souvenir de son passé en dehors du nom de son propriétaire, Billy (Kesler Talbot), ce lapin en peluche aux airs country est déterminé à revenir auprès de son enfant. Dans le magasin, il rencontre un vieux clown jouet portant une veste nommé Zozo ( Tim Blake Nelson ), qu’il convainc de l’aider dans sa quête de retour. Avec la main droite de Zozo, un ours en peluche rose brandissant une épée et nommé Rosy ( Mary J. Blige ), ils se lancent dans le retour à Billy. Pendant ce temps, le jeune Billy (Kesler Talbot) cherche Ollie au milieu d’une tragédie familiale imminente avec sa maman (Gina Rodriguez) et son papa (Jake Johnson).

Considérant que la mini-série est de deux personnes qui ont livré certains des meilleurs récits d’animation au cours des années 2010, les deux consacrent beaucoup de cœur et d’âme à s’assurer que l’histoire d’Ollie se démarque. Le format de l’histoire adopte une approche non linéaire à la fois comme un moyen pour Ollie de reconstituer ses souvenirs perdus et d’atteindre la dualité avec ses sagas et celles de Billy.

Lorsqu’il s’agit de discuter de sujets difficiles avec une maturité retentissante, le ton évoque une énergie du début des années 90 dans son intrépidité. Bien qu’il contienne de nombreux battements de fantaisie, « Lost Ollie » prend des tournures thématiques étonnamment sombres tout en gérant un équilibre habile tout au long; il maintient soigneusement une atmosphère terre-à-terre qui explore les dangers du monde réel. Semblable à des projets connexes comme « Kubo » ou « Stranger Things » (l’exécutif de Shawn Levy a produit les deux), l’appel d’Ollie fonctionne mieux dans un cadre familial qui peut conduire à des discussions par la suite.

La majeure partie du cœur de l’histoire réside dans la personnalité sérieuse et aimable du protagoniste. La livraison compatissante de Groff mélangée à un doux twang country est aussi attachante que le design pur d’Ollie. Sa détermination et sa passion ont l’effet Paddington : on ne peut s’empêcher de l’aimer. Étonnamment, il en va de même pour Billy.

Si Andy a toujours été un personnage trop unidimensionnel pour se soucier de ces films « Toy Story », Billy n’a pas le même problème. Mis à part le voyage du chef de file titulaire, le récit offre suffisamment de temps d’écran à Billy et lui donne autant d’agence, et le même ton sombre, qu’avec sa meilleure amie en peluche. La première performance passionnée du nouveau venu Kesler Talbot capture la vague déferlante d’émotions de peur et de tristesse auxquelles beaucoup sont confrontés pendant l’enfance. Bien que Billy devienne un personnage pour lequel les téléspectateurs peuvent s’enraciner et sympathiser autant que son compagnon, les adultes ne se distinguent pas non plus. Jake Johnson, qui travaillait auparavant avec Ramsey en tant que Peter B. Parker, n’a pratiquement aucune ligne de dialogue, trop peu pour vraiment décrocher les moments les plus sérieux avec Talbot.

★★★★★

A lire également