homepage_labyrinth-of-cinema-movie-review-2021-2945777-8414024-jpeg

Labyrinth of Cinema Avis critique du film (2021)

Actualités > Labyrinth of Cinema Avis critique du film (2021)

Vous pourriez regarder « Labyrinth of Cinema » et vous demander d’où tout cela vient. Comme la récente trilogie de guerre d’Obayashi (2011-2017), et bon nombre de ses précédents longs métrages – ainsi que des courts métrages et des publicités télévisées – « Labyrinth of Cinema » vous rappelle constamment qu’il s’agit de « A Movie ». Avant le début des films d’Obayashi, les mots « A Movie » sont généralement présentés à l’écran dans un cadre à l’intérieur du cadre de l’image. Ainsi, dans « Labyrinth of Cinema », les personnages d’Obayashi sont souvent recadrés par de petits cadres circulaires dans le cadre de la caméra. Parfois, ces images se retournent à l’écran, de sorte qu’un personnage qui était à gauche de l’écran est maintenant à l’envers, ou à droite, comme s’il était en conversation avec lui-même, le spectateur et toute autre personne qui regarde. Il existe également un nombre surprenant de blagues sur les pets et des rappels de films japonais plus anciens comme « Je suis un chat », « The Rickshaw Man » et « Wife! Soyez comme une rose. « Labyrinthe du cinéma » est beaucoup de film.

Les divers projets d’Obayashi sont immédiatement reconnaissables, étant donné sa combinaison habituelle de méfiance et de fascination pour les films en tant qu’expression de la réalisation de souhaits et de nostalgie. Il n’est donc pas surprenant que sa vision du passé – et de l’image cinématographique – ne soit jamais vraiment séduisant dans « Labyrinthe du cinéma ». Des personnages joyeusement naïfs se perdent dans les souvenirs réconfortants et à moitié mémorisés de leurs compagnons, et ne cessent de se demander pourquoi une chose en amène inévitablement une autre, et une autre, et une autre. Ils flottent à l’écran, insensibles aux lois de la gravité ou de la physique et incapables de se cacher dans la toile de fond de qualité photomaton qui les entoure. Les personnages d’Obayashi savent tous à moitié et à moitié espèrent qu’ils vivront pour voir la prochaine scène, alors ils prennent leur temps pour apprendre à surfer sur le raz-de-marée de l’histoire japonaise selon Nobuhiko Obayashi.

« Labyrinth of Cinema » est extrêmement touchant, souvent séduisant, généralement épuisant, et ainsi de suite. Une promenade indulgente d’un surréaliste innovant qui a toujours été sensible et même méfiant de l’impact de son propre travail – en tant qu’outil de publicité, de blanchiment politique et d’endoctrinement sentimental pur. En sortant de la porte, Nobuhiko Obayashi nous a laissés en nous demandant comment il est arrivé de « House » à ici sans perdre foi en l’humanité et en son art ; Je ne sais pas, mais « Labyrinth of Cinema » est toujours là de toute façon.

Joue maintenant dans certains cinémas.

★★★★★

A lire également