"La zone d'intérêt", "Le goût des choses" donnent deux favoris à la course internationale des Oscars

« La zone d’intérêt », « Le goût des choses » donnent deux favoris à la course internationale des Oscars

Avec déjà plus de 50 pays en lice, les dossiers français et britanniques deviennent immédiatement favoris.

La course aux Oscars du meilleur long métrage international a décroché deux favoris majeurs le même jour jeudi, le Royaume-Uni soumettant le drame effrayant sur la Seconde Guerre mondiale de Jonathan Glazer, « The Zone of Interest », et la France suivant avec le ravissant « The Taste of Things » de Tran Anh Hung. dans la compétition un film par pays.

« La Zone d’intérêt », qui se déroule parmi des familles allemandes vivant à la périphérie d’Auschwitz, a remporté le Grand Prix au Festival de Cannes de cette année et a remporté des éloges comme l’un des films les plus originaux et les plus troublants sur l’Holocauste depuis « Le Fils de Saul », qui a remporté l’Oscar dans cette catégorie il y a huit ans. Cela a été considéré comme le choix évident pour le Royaume-Uni.

La France, en revanche, a eu un choix extrêmement difficile entre « Anatomie d’une chute », lauréat de la Palme d’Or, avec Sandra Huller dans le rôle d’une femme jugée pour le meurtre de son mari, et son compatriote cannois, « Le Goût des choses, » un drame d’époque mettant en vedette Juliette Binoche et Benoit Magimel dans le rôle d’un restaurateur et chef cuisinier dans la France du XIXe siècle.

Le comité de sélection français s’est réuni jeudi après avoir restreint le choix à « Anatomie d’une chute », « Le goût des choses » (anciennement intitulé « Le Pot-au-Feu » et, en France, « La Passion de Dodin Bouffant »), « Le Règne animal » de Thomas Cailey, « Sur les sentiers errants » de Denis Imbert et « Les Fils de Ramsès (Coutte d’Or) » de Clément Cogitore.

Les sélections française et britannique figurent désormais parmi les principaux prétendants à l’épreuve de cette année, dans laquelle plus de 50 pays ont désormais fait leur sélection. L’année dernière, 92 films se sont qualifiés dans cette catégorie, soit un de moins que le record ; le rythme des soumissions de cette année est très proche de celui de 2022.

Parmi les autres films notables soumis jusqu’à présent figurent « La Société de la neige », un conte de survie de JA Bayona ; « Fallen Leaves », une comédie romantique pince-sans-rire du célèbre auteur Aki Kaurismaki en Finlande ; et l’Italien « Io Capitano », un drame sur l’immigration du réalisateur de « Gomorra » Matteo Garrone. Le Japon a fait l’un des choix les plus inhabituels et les plus médiatisés, en contournant les réalisateurs japonais Hayao Miyazaki et Hirokazu Kore-eda pour présenter « Perfect Days », un drame doux du réalisateur allemand Wim Wenders sur un homme âgé qui nettoie les toilettes publiques à Tokyo. Wenders, qui a représenté l’Allemagne à trois reprises dans la course internationale aux Oscars, est le premier réalisateur non asiatique à représenter le Japon dans cette course.

Egalement en lice : l’Australien « Shayda », qui a remporté des éloges à Sundance ; « Le moine et le pistolet » du Bhoutan, la suite du réalisateur Pawo Choyning Dorji à son candidat surprise pour 2021 « Lunana : un yak dans la classe » ; le film bulgare « Les Leçons de Blaga », qui a remporté le premier prix au Festival international du film de Karlovy Vary ; et un certain nombre de films présentés à Cannes cette année, dont « Omen » de Belgique, « Pictures of Ghosts » du Brésil, « The Settlers » du Chili et « About Dry Grasses » de Turquie.

L’Allemagne, championne en titre, a présenté « The Teacher’s Lounge », sur un professeur idéaliste dans une école en proie à des vols, tandis que l’Islande a opté pour le drame d’époque « Godland », qui a commencé à faire le tour des festivals de Cannes en 2022. La Roumanie, qui a souvent présente des films sans compromis de sa formidable génération de réalisateurs mais n’a été nominé que pour le documentaire « Collective », est revenu à Radu Jude pour la quatrième fois avec la comédie noire « N’attendez pas trop de la fin du monde ».

Les documentaires en lice incluent « Rojek » du Canada, « Four Daughters » de Tunisie, « Pictures of Ghosts » du Brésil, « Smoke Sauna Sisterhood » d’Estonie et « 20 Days in Marioupol » d’Ukraine.

L’Argentine, le Danemark et le Mexique font partie des pays qui n’ont pas encore annoncé leur candidature.

Voici la liste des soumissions jusqu’à présent. L’inclusion sur cette liste ne garantit pas qu’un film sera admissible, car l’Académie doit toujours examiner chaque film pour s’assurer qu’il répond aux critères d’éligibilité allant de la quantité de dialogues non anglais au contrôle créatif exercé par le pays d’origine.

Arménie : « Amerikatsi », Michael A. Goorjian
Australie : « Shayda », Noora Niasari
Belgique : « Omen (Agure) », Baloji
Bhoutan : « Le moine et le pistolet », Pawo Choyning Dorji
Bolivie : « Le Visiteur », Martin Boulocq
Bosnie-Herzégovine : « Excursion », Una Gunjak
Brésil : « Images de fantômes », Kleber Mendonca Filho
Bulgarie : « Les leçons de Blaga », Stephan Komandarev
Canada : « Rojek », Zayne Akyoi
Chili : « Les colons », Felipe Galvez Haberle
Colombie : « Un mâle », Fabian Hernández Alvarado
Croatie : « Traces », Dubravka Turic
République tchèque : « Frères », Tomas Masin
Egypte : « Voy ! Voy! Voy ! » Omar Hilal
Estonie : « La sororité du sauna à fumée », suggère Anna
Finlande : « Feuilles mortes », Aki Kaurismaki
France:
Géorgie : « Saint citoyen », Tinatin Kajrishvili
Allemagne : « Le salon des professeurs », Ilker Catak
Grèce : « Derrière les meules de foin », Asimina Proedrou
Hongrie : « Quatre âmes de Coyote », Aron Gauder
Islande : « Godland », Hiynur Palmason
Indonésie : « Autobiographie », Makbul Moubarak
Iran : « Le Gardien de la nuit », Reza Mikarimi
Irak : « Jardins suspendus », Ahmed Yassin Al Daradji
Israël : « Sept bénédictions », Ayelet Mehahemi
Italie : « Io Capitano », Matteo Garrone
Japon : « Des jours parfaits », Wim Wenders
Kirghizistan : « Voici ce dont je me souviens » Aktan Abdykalykov
Lettonie : « Ma liberté », Ilze Kunga-Melgaile
Lituanie : « Lentement », Marija Kavtaradze
Luxembourg : « Les dernières cendres », Loïc Tanson
Monténégro : « Sirin », Senad Sahmanovic
Maroc : « La Mère de tous les mensonges », Asmae El Moudir
Népal : « Halkara », Bikram Sapkota
Pays-Bas : « Fais de beaux rêves », Ena Sendijarevic
Macédoine du Nord : « L’entretien ménager pour les débutants », Goran Stolevski
Panama : « Tito, Margot et moi », Mercedes Arias, Delfina Vidal
Paraguay : « La dernière piste 2, Commando Yaguarete », Armando Aquino, Mauricio Rial
Pérou : « L’érection de Toribio Bardelli », Adrian Saba
Portugal : « Mauvaise vie », Joao Canijo
Roumanie : « N’attendez pas trop de la fin du monde » Radu Jude
Slovaquie : « Photophobie », Ivan Ostrochovsky, Pavol Pakarcik
Slovénie : « Riders », Dominik Mencej
Corée du Sud : « Utopie concrète », Um Tae-hwa
Espagne : « Société de la Neige », JA Bayona
Suisse : « Tonnerre », Carmen Jaquier
Taïwan : « Épouser mon cadavre », Cheng Wei-hao
Tadjikistan : « Mélodie », Behrouz Sebt Rasoul
Tunisie : « Quatre filles », Kaother Ben Hania
Turquie : « À propos des herbes sèches », Nuri Bilge Ceylan
Ukraine : « 20 jours à Marioupol », Mstyslav Tchernov
Royaume-Uni : « La zone d’intérêt », Jonathan Glazer
Uruguay : « Album de famille », Guillermo Rocamora
Yémen : « Les accablés », Amr Gamal

A lire également