Jules Goes to Therapy in Her Own Special Episode of Euphoria | TV/Streaming

Actualités > Autour du cinéma > Jules Goes to Therapy in Her Own Special Episode of Euphoria | TV/Streaming

Tout comme le chapitre de Rue, la majeure partie de cette heure se déroule en deux temps, celui-ci entre Jules et un thérapeute joué par Lauren Weedman. Après une intro tonique dans laquelle les souvenirs de son passage avec Rue se jouent dans les yeux pleins de larmes de Jules fixés sur la «responsabilité» de Lorde, la conversation démarre vraiment, de plus en plus interrompue par des flashbacks sur son temps avec Rue, son engouement continu pour «Tyler» (le personnage en ligne de Nate), et même un drame avec le retour de sa mère toxicomane dans sa vie, révélant davantage ce que Jules vivait dans la première saison. Il y a des moments où ce chapitre a l’impression d’essayer d’en faire trop en termes de construction narrative – la joie de voir Zendaya et Colman Domingo se rebondir uniquement dans une conversation pendant une heure était l’une des forces de la «Partie 1» – mais l’incohérence saisit où Jules en est dans sa vie. Une première rencontre avec un thérapeute consiste souvent à le lancer tout sur la table, et Jules en révèle beaucoup sur elle-même à travers les histoires qu’elle choisit de raconter sur les liens entre elle et Rue, elle et ses parents, et elle et son partenaire en ligne. En quoi ces connexions sont-elles différentes? Comment Jules se retient-il ou se donne-t-il différemment dans chacun d’eux?

«Partie 2» commence avec Jules discutant du genre comme construction, disant à son thérapeute qu’elle envisage d’arrêter l’hormonothérapie. Quelle part de notre identité est ce que nous choisissons de présenter aux autres et quelle part est interne? La discussion porte sur la façon dont les gens jugent instantanément les gens en fonction de leur apparence et de la façon dont Jules s’est conformé à une perception auto-formée de la féminité pendant une si grande partie de sa vie. Le thème de l’image contre la réalité continue dans les souvenirs de Tyler, l’amant en ligne qui s’est avéré être Nate (Jacob Elordi), et à quel point cette passion est devenue réelle pour elle, mais n’a jamais été réelle au sens physique. Tout cela est le prélude à une discussion sur combien Rue a éliminé tous les besoins en matière d’identité et de jugement, voyant vraiment Jules d’une manière qu’elle n’avait pas ressentie auparavant.

Comme elle l’était lors de la première saison, Schafer est émotionnellement brute d’une manière qui semble tout à fait authentique. Le manque de concentration discutable dans la «Partie 2» fonctionne parce que les pensées et les sentiments de Jules vont à cent milles à l’heure depuis la rupture avec Rue. Elle cloue tous les backflips émotionnels qu’elle est toujours en train de traiter sans sombrer dans le mélodrame. Weedman est bon mais pas compte tenu du genre de partie juteuse de la sienne que Domingo était dans la première heure, et cela blesse un peu le processus, mais Levinson et Schafer compensent en ouvrant davantage l’épisode aux flashbacks et à d’autres personnages, y compris John Ales comme le père de Jules et Elordi. Il y a des révélations dans les scènes finales sur la mère de Jules et même une rencontre qui pourrait donner envie aux gens de revenir en arrière et de revoir l’heure de Rue sous un nouveau jour.

Pris dans leur ensemble, ces deux heures approfondissent la relation entre Rue et Jules d’une manière qui n’aurait pas été possible en deux épisodes pour démarrer une deuxième saison. Ils ont leur propre espace et leur chambre pour respirer. Ils ont l’impression de capturer le passage du temps d’une manière différente et permettent une analyse plus approfondie des personnages qu’une saison traditionnelle ne l’aurait permis. Sam Levinson n’a jamais voulu avoir à faire ces épisodes, mais la vérité est que son émission est bien meilleure pour avoir à le faire.

https://www.youtube.com/watch?v=s1P5czi0H_g

★★★★★

A lire également