It’s Hard to Politicize a Robot: Ryan White on Good Night Oppy | Interviews

Actualités > It’s Hard to Politicize a Robot: Ryan White on Good Night Oppy | Interviews

Il n’y a pas que les machines. Mon film préféré en grandissant était « ET ». Et donc, faire un documentaire avec Amblin était tellement incroyable. Et ET dans le panier est sur notre affiche, sur laquelle je ne cesse de me pincer. Mais je pense que c’est une histoire de ces moments où les êtres humains se connectaient avec des non-humains. Notre film a également un message scientifique sur le changement climatique.

Je pense que c’est quelque chose quand vous dépouillez les humains. Il est difficile de politiser un robot. Donc, personne ne conteste le fait que ces robots ont découvert qu’il y a eu une sorte de changement climatique insensé sur notre planète sœur parce que ce sont des robots, ils ont quelques outils qui prennent des mesures qui le prouvent.

Je pense que c’est quelque chose de similaire dans les sentiments que nous avons. Je me souviens qu’un tweet est devenu viral en 2019, et c’est à ce moment-là qu’Opportunity a envoyé sa dernière communication à la Terre. « La batterie est faible et il fait noir. » Ils ont eu des millions de visites sur Twitter. Et donc, il y avait quelque chose à propos de ce petit robot en difficulté sur une autre planète qui a fait quelque chose au cœur des gens. C’est très Wall-E-esque. Cette idée qu’elle voyage seule et qu’elle ira bien.

J’espère que les gens se connectent avec ces robots dans le film à cause des humains derrière les robots. Les robots sont les humains. Ils ont créé ces robots. Ils conduisent ces robots tous les jours. C’est juste que ces êtres humains ne peuvent pas aller sur Mars en toute sécurité, alors ils envoient ces robots comme avatars. Donc vraiment, ce sont deux robots qui remplacent des milliers de personnes qui y ont mis tout leur cœur.

Les robots répondaient-ils vraiment de manière conversationnelle ? Parce que cela, bien sûr, aide aussi à le personnaliser.

Nous avions l’habitude d’avoir une scène entière détaillant comment ces conversations se déroulaient et j’étais étripé quand nous avons finalement dû couper la partie qui montrait comment il passe par le code binaire et voyage à travers ce trou de ver jusqu’à l’espace. Les orbiteurs dont j’ai parlé, c’étaient des personnages dans notre film parce qu’ils sont souvent personnifiés comme la grande sœur dans le ciel regardant les robots, et les messages les traversent. Et nous venons de réaliser que vous devez être en quelque sorte judicieux dans un long métrage. Les gens n’ont pas besoin de connaître chaque détail technique sur la façon dont ces messages arrivent. Et donc, nous le faisons en quelque sorte comme une messagerie instantanée, mais tout se fait par code binaire, puis c’est traduit par la NASA. Donc, « ma batterie est faible et il commence à faire noir », ils reçoivent ce message en binaire, puis ils le traduisent pour nous, civils.

★★★★★

A lire également