I’m Charlie Walker Avis critique du film (2022)

Actualités > I’m Charlie Walker Avis critique du film (2022)

Cela ressemble moins à une trahison et plus à BS. Je me suis demandé si la vraie histoire sans fioritures était plus intéressante. Surtout après que l’écran qui suit ce qui précède nous apprend que le vrai Charlie Walker a été accusé de 23 crimes et a purgé sa peine dans les années 1980. Il est sous-entendu que certaines de ces accusations ont été fabriquées de toutes pièces, peut-être en raison de la race de Walker. J’ai pensé: « Attendez, quoi?! C’est vrai ou pas ? » Vous ne pouvez pas simplement jeter quelque chose comme ça à la fin comme une sorte de détail « oh, au fait les gens… ». Nous voyons également le vrai Charlie Walker, qui nous raconte ce qu’il a fait avec l’argent que le film lui montre en train de gagner. Il semble être un personnage fascinant juste pour le peu que nous voyons de lui.

Le Charlie fictif est joué par Mike Colter de Luke Cage. Walker est un homme noir qui possède un camion. Il fait face au racisme quotidien alors qu’il essaie d’obtenir des concerts à San Francisco. Sa femme Ann (Safiya Fredericks) raconte le film avec des descriptions qui nous disent constamment à quel point son mari est intelligent, rusé et merveilleux. Ses paroles mettent un chapeau sur un chapeau, car le film lui-même est également amoureux des bouffonneries de Charlie. Colter est une présence si charismatique, une force intelligente, drôle et imposante, que nous sommes prêts à le suivre n’importe où. « Je suis Charlie Walker » gaspille cette bonne volonté en rendant Charlie têtu mais sans défaut. Chaque mouvement qu’il fait est le bon, même s’il est légalement suspect. Jamais depuis Joe Clark de Morgan Freeman dans « Lean on Me » le cul d’une personne réelle n’a été plus embrassé par un film. Au moins, ce film avait des lèvres supérieures.

En raison de la durée, « Je suis Charlie Walker » ressemble beaucoup à un film de Blaxploitation. L’affiche à elle seule m’a tout de suite rappelé l’époque. Ce sens du temps et du lieu, avec ses costumes, ses coiffures et sa méfiance envers l’Homme, est la meilleure chose à propos du film. J’ai imaginé Jim Brown dans le rôle de Colter, naviguant parmi les drogues, les hippies, les racistes et les hommes d’affaires diaboliques qui peuplent ce film. Une minute, Walker parle gentiment à un entrepreneur d’intégrer son équipe, la suivante, il bat la merde des gardes du corps envoyés par Mr. Big du film pour le malmener. Le méchant ici est le président de la compagnie pétrolière Bennett (Dylan Baker). Habitué à jouer les méchants, Baker fait un beau papier d’aluminium pour le comportement cool de Colter.

★★★★★

A lire également