homepage_dopesick-hulu-art-4918161-4103268-jpeg

Hulu’s Dopesick is a Compelling, Didactic Look at the Opioid Epidemic | TV/Streaming

Actualités > Hulu’s Dopesick is a Compelling, Didactic Look at the Opioid Epidemic | TV/Streaming

Basé sur le livre de Beth Macy, « Dopesick » offre un panorama complet des différents personnages de ce tableau Bosch d’une crise de la drogue, car chacun a son propre rôle en laissant les pilules envahir l’Amérique un utilisateur après l’autre, ou dans essayer d’obtenir une certaine reddition de comptes. Kaitlyn Dever incarne Betsy, une mineure de Virginie à qui l’oxycontin est prescrit par son affable médecin de ville, le Dr Samuel Finnix (Michael Keaton), qui a lui-même été courtisé par un représentant commercial de Purdue Pharma nommé Billy (Will Poulter). Ces arcs séparés ont lieu à la fin des années 1990, alors qu’Oxy commence à prendre le dessus et à être normalisé comme un opioïde sain dans lequel moins de 1% deviennent dépendants (un énorme mensonge, s’avère-t-il). La vie de tout le monde est affectée chaque fois que Purdue veut gagner plus d’argent et utilise un certain type d’affirmation – que les médecins devraient maintenant commencer à traiter les patients avec des doses plus élevées, ou les idées prêtes à l’emploi de « douleur révolutionnaire » et de « pseudo-addiction ». L’un des nombreux morceaux de dialogue sur le nez dans « Dopesick » a quelqu’un qui déclare: « Notre communauté est le point zéro pour une catastrophe nationale croissante. » Ce sentiment d’horreur devient lentement et effectivement viscéral dans « Dopesick » alors que les arcs de personnages créent des développements surprenants liés à la dépendance et au pouvoir. Le sens de soi de chacun semble être en jeu, ainsi que sa santé.

Dans une autre chronologie, certaines personnes tentent de lutter contre cette épidémie devant les tribunaux, qui est son propre processus étendu. Peter Sarsgaard et John Hoogenakker jouent respectivement Rick Mountcastle et Randy Ramsmeyer, deux avocats adjoints du procureur des États-Unis, qui commencent à enquêter sur la société comme trompeuse avec Oxycontin, mais il leur faut tellement de temps pour plaider. Leurs passages peuvent effectivement augmenter la capacité de l’émission pour ce que les bingers de « Law & Order » appellent « pornographie de compétence », de regarder des gens qui travaillent dur dans les bureaux enquêter et aller au tribunal, avec quelques petites victoires entre des parties frustrantes massives. Ils s’inspirent également du travail de Bridget Meyer, agent de la DEA de Rosario Dawson, qui pousse Purdue Pharma alors qu’ils tentent de se développer et de nier l’épidémie de dépendance qu’ils ont causée. Elle devient également témoin de la façon dont la FDA permettrait, sinon soutient, aux opioïdes comme l’Oxycontin de prendre le relais.

Parfois isolée de ces connexions, c’est l’histoire du leader derrière ce mouvement d’addiction, Richard Sackler. Michael Stuhlbarg joue l’antichrist pharmaceutique avec une certaine fragilité et une certaine jeunesse, une voix gutturale partagée par les autres Sackler de la famille. C’est son genre de moment « Foxcatcher », avec une tristesse presque caricaturale, et l’intérêt de l’histoire à le suivre, de voir les poussées de Purdue Pharma venir de son besoin psychologique de faire ses preuves auprès de sa famille, ne crée pas la même curiosité comme les autres arcs. C’est une émission sur les gens qui prennent des décisions compliquées, ce qui les rend continuellement intéressantes et brutes ; Les motivations principales de Richard Sackler sont bien sûr du type insécurité. La performance semble s’appuyer fortement sur l’architecture du décor, de nombreuses scènes le font se promener dans ses manoirs, montrant sa richesse en soulignant sa petitesse intérieure. L’histoire esquisse une idée incomplète de lui, tout en poursuivant sans doute une cause perdue en général.

★★★★★

A lire également