Berlinale Highlights, Part Three: Hummingbirds, Concrete Valley, Afire | Festivals & Awards

Actualités > Berlinale Highlights, Part Three: Hummingbirds, Concrete Valley, Afire | Festivals & Awards

Ces derniers jours, j’ai vu de plus en plus de projections publiques et j’ai visité quelques-uns des autres lieux répartis dans toute la ville. Certaines de ces salles sont vraiment étonnantes, rivalisant avec le palais principal par leur confort et leur qualité de présentation. Rien que pour les salles, Berlin semble être la meilleure du circuit en termes de recherche de lieux multiples pour présenter le meilleur des films du monde dans des salles dignes d’un événement aussi prestigieux.

Dans l’un de ces lieux lointains mais impressionnants, j’ai surpris « Les colibris » Le joyeux hybride indépendant de Silvia Del Carmen Castaños et Estefanía « Beba » Contreras. Il y a de la place ailleurs pour analyser la tendance populaire des films qui brouillent la frontière entre non-fiction et scénarisé, mais qu’il s’agisse de capturer des moments en temps réel ou simplement de trafiquer la vraisemblance, ce portrait chaleureux et révélateur de deux amis proches a été bien accueilli par le foule locale.

Le charme du film réside dans son mélange d’impétuosité et d’introspection sérieuse, mélangeant le ton autant qu’il mélange ses tendances stylistiques. Le tout pourrait s’effondrer à tout moment en quelque chose d’insulaire ou même d’indulgent, mais les charmes de ces individus et les avancées subtiles de son récit léger mais linéaire en font une montre vraiment agréable. Cela aide que l’affection des protagonistes soit authentique mais jamais écoeurante, et leurs ruminations sur la vie dans leur Laredo local, au Texas, défient toutes sortes de stéréotypes qui jonchent un tel tarif de passage à l’âge adulte.

C’est presque ce que le film n’a pas faire cela fait que tout fonctionne, permettant des moments calmes au sommet d’une voiture regardant les étoiles, ou réfléchissant sur la rivière qui sert de frontière littérale entre deux vies potentielles très différentes, pour se sentir convenablement poétique plutôt qu’odieux ou banal. C’est tout simplement amusant de passer du temps avec les deux et leur entourage, réchauffés par leurs moments de grâce et de maladresse. C’est un film d’une honnêteté profonde qui est soigneusement conçu, et bien qu’il ait été rejeté par certains festivals américains, c’est vraiment l’un des meilleurs films de ce genre que j’ai vus. Il mérite très certainement l’attention en dehors de toute barre latérale documentaire.

★★★★★

A lire également