Here Avis critique du film & résumé du film (2024)

Ce point de vue philosophique semble plutôt grandiose une fois écrit, mais il est apaisant et intrigant dans l’approche de Davos. « Ici » est expérientiel plutôt que basé sur une histoire. Les grandes choses ne se produisent pas dans les mots, mais dans les gestes, physiques et émotionnels. Des gestes comme montrer quelque chose à quelqu’un. Montrer du doigt quelque chose que vous voulez qu’ils voient. Ouvrir les mains pour montrer à quelqu’un ce que vous tenez. Des offrandes, tout. Ainsi, même si « Ici » est un film peu peuplé, le sentiment est celui d’un collectif, d’un groupe créé par les offres – de conversation, d’écoute, de regard, de don – même lors de brèves rencontres fortuites.

Stefan et Shuxiu ne se croisent pas du tout avant environ 40 minutes. Ils se rencontrent un soir de pluie quand il entre au restaurant pour des plats à emporter et décide d’y manger. Il y a une étincelle entre eux, la conscience de l’autre en tant qu’être humain à part entière. Ils se voient. La prochaine fois qu’ils se rencontreront, c’est aussi par hasard.

Stefan est sur le point de rentrer chez lui en Roumanie pour rendre visite à sa famille. Shuxiu est une bryologue qui étudie la mousse au microscope le jour et aide le soir dans le restaurant chinois de sa tante. Stefan est un col bleu, Shuxiu un universitaire. Ils circulent sur des orbites totalement différentes. Shuxiu est d’abord entendue, pas vue, parlant en voix off, racontant son étrange expérience de se réveiller et d’oublier les noms des choses. Elle a été laissée, temporairement, dans « un monde sans nom ». Stefan dit à sa sœur qu’il passe ses journées à « errer », et il le fait. Stefan est un vrai flâneur.

Le film de Devos est aussi un flâneur. Il y a des endroits où aller, mais rien ne presse pour y arriver. Stefan prépare une soupe avec les restes de légumes dans son réfrigérateur et la verse dans des contenants Tupperware. Il rend visite à son ami au travail, il rend visite à sa sœur au travail, il va vérifier que sa voiture est en train d’être réparée par un ami mécanicien (Teodor Corban). Stefan apporte des contenants de soupe à tout le monde. C’est si discrètement généreux. Son geste n’est pas remarqué, mais tout le monde mange la soupe. Préparer de la nourriture pour les gens est si intime, c’est une chose tellement aimante et décontractée à faire. Le truc de la soupe, tout comme le commentaire des trains, ne révèle pas son importance jusqu’à ce qu’il se répète.

Le film peut être lu métaphoriquement ou littéralement. Au microscope, la mousse de Shuxiu est un univers de prolifération vert et succulent, sans frontières, sans limite à sa croissance. La mousse est dure, la mousse se poussera à travers le béton, la mousse survivra. « Ici » oscille entre la ville et la nature. Bruxelles est suffisamment intime pour que la nature y soit incorporée, avec des espaces verts et toute une forêt juste à l’extérieur de la ville. La nature existe en ville, mais toutes ces grues de chantier vues dans la première scène nous disent que la nature va peut-être perdre la bataille.

La conception sonore de Boris Debackere est exquise et extrêmement importante pour établir l’ambiance méditative et parfois onirique. Il y a une symphonie d’abeilles bourdonnantes, de vent murmurant, de longues herbes bruissantes, de gazouillis d’oiseaux, de pics, de booms de construction lointains. Parfois, la majeure partie du son disparaît, ne laissant que le pic ou les abeilles. Cela a un effet désorientant, presque vertigineux. Stefan et Shuxiu marchent à travers les bois, et parfois on entend leurs pas crisser sur la terre, parfois les pas disparaissent du mélange, ne laissant que le bourdonnement des abeilles. C’est une conception sonore surprenante, dramatique mais très discrète.

Le directeur de la photographie Grimm Vandekerckhove concentre sa caméra sur le monde naturel dans toute sa splendeur microscopique. Il se rapproche le plus possible d’une goutte de pluie qui tremble au bord d’une feuille, d’un vert profond de mousse qui s’étend sur les troncs d’arbres. Les plans de nature sont intercalés partout : même dans les scènes de ville, il y a une conscience de la nature, toujours là-bas, juste là-bas.

Le titre du film fait réfléchir. C’est comme un livre d’images pour enfants : voici la ville, voici les bois. Ici, c’est toujours maintenant. Le dicton n’est pas « vivre dans le et maintenant ». Ici c’est proche, alors que « là » est loin. Shuxiu fait signe à Stefan de s’approcher, afin qu’elle puisse lui montrer la mousse : « Ici, regarde. » Stefan distribue de la soupe, « Voici de la soupe. » Les trains arrivent. par ici, le saviez-vous ? Stefan et Shuxiu n’échangent même pas de noms, mais ils nomment tout le reste. C’est réconfortant d’être deux flâneurs, errant dans les bois, pointant du doigt et disant : « Tiens, regarde », faisant des offrandes d’eux-mêmes , de leur attention, de leurs connaissances, de leur temps. Dans un « monde sans nom », c’est peut-être tout ce que nous pouvons réellement atteindre. Dans l’ici et maintenant, c’est tout.

A lire également