HBO’s Winning Time: The Rise of the Lakers Dynasty Can’t Find On-Court Chemistry | TV/Streaming

Actualités > HBO’s Winning Time: The Rise of the Lakers Dynasty Can’t Find On-Court Chemistry | TV/Streaming

Ce qui a toujours fait de Magic un ajustement unique pour les Lakers, pour ce qui allait devenir « Showtime », c’était son extérieur vertigineux. Assurément, dans une ville consumée par la célébrité, ce parvenu doit être un autre escroc dans une longue lignée d’entre eux ? Un murmure similaire suit Buss, un chimiste physique dont la richesse provient de l’immobilier. C’est un propriétaire au sel de la terre dans une ligue remplie de millionnaires déconnectés. Tout le monde le considère comme un colporteur à la recherche d’un peu d’argent. De même, Red Auerbach ( Michael Chiklis ) des Celtics de Boston remet en question la détermination de Buss à gagner. Buss est-il arrivé à Los Angeles, avec un combover vaporisé, une chemise en V profond et une grosse boucle de ceinture, pour des championnats ou un style de vie ? La manière floue dont « Winning Time » répond à ces questions narratives pressantes conduit à une intrigue médiocre et à une comédie plus difficile.

Ensemble, Buss et Magic suggèrent des parallèles simples en tant qu’étrangers avec des dépendances sexuelles – l’un est ouvertement et fièrement un sleezeball, l’autre fait semblant d’être un gentil garçon, même s’il couche avec toutes les femmes en vue (c’est le plus cunnilingus que vous verrez à la télévision ), tout en blessant sa petite amie Cookie (Tamera Tomakili). Mais tout est confus dans les intérêts tentaculaires de la série pour la volonté de gagner et son interrogation désinvolte sur les ego masculins fragiles.

Au lieu de cela, les scénaristes se concentrent sur Buss construisant Showtime – les filles Laker, le Forum Club, les stars qui ont assisté aux jeux – et la myriade de joueurs en cours de route. Sa fille naïve mais inventive Jeannie (Hadley Robinson), sa mère comptable (Sally Field) et la responsable hargneuse des réservations du Forum Claire Rothman (une Gaby Hoffman sous-utilisée) sont utilisées pour contrebalancer ces ego. L’objectif s’éloigne trop souvent de leur point de vue, retardant tout impact durable.

Plus tard dans le spectacle, l’entraîneur-chef visionnaire mais exigeant Jack McKinney (Tracy Letts) s’engage dans un jeu de pouvoir pour le contrôle de la liste avec son assistant nerveux et épris de Shakespeare Paul Westhead (Jason Segel) et l’ancien joueur spirituellement perdu et désespéré devenu annonceur. devenu entraîneur adjoint Pat Riley ( Adrien Brody ). L’ensemble robuste fonctionne si bien ensemble, en particulier Brody et Clarke, qu’ils rassemblent presque les épisodes induisant la sieste en quelque chose de regardable. Mais la série s’appuie sur trop d’observations superficielles sur le sexisme, le racisme, le regret et la promiscuité de Magic, et gaspille ces performances illimitées.

★★★★★

A lire également