Gregory Nava on Working with Stanley Kubrick | Interviews

Actualités > Gregory Nava on Working with Stanley Kubrick | Interviews

Il adorait «El Norte», et l’une des raisons pour lesquelles il m’appelait et pour lequel il aimait ce film était qu’il faisait quelque chose de façon cinématographique, comme les percées des effets visuels qu’il a faites avec «2001», par exemple. Il ne les a pas juste faits avec l’idée qu’ils seraient formidables pour «2001». Au contraire, il sentait qu’il ouvrait une porte pour que d’autres cinéastes se déplacent, pour inspirer d’autres artistes, et, bien sûr, «2001» a eu cet effet. «Star Wars» et tous ces films qui ont précédé aujourd’hui sont nés du travail accompli par Stanley Kubrick pour faire cette énorme percée pour «2001».

Mais pour «Barry Lyndon», il faisait la même chose. En d’autres termes, il montrait au monde comment éclairer des scènes à la lueur des bougies uniquement, et que c’était vraiment la façon de le faire. Et il était un peu déçu que les gens le voient comme un événement unique, et cela n’inspirait pas d’autres cinéastes à des scènes à la lueur naturelle des bougies.

Quand il a vu «El Norte», bien sûr, j’ai été très inspiré par l’éclairage de «Barry Lyndon», et nous avons rapproché ce que Kubrick avait accompli dans «Barry Lyndon» avec ces objectifs ultra-rapides. Nous avons pu approcher exactement ce qu’il avait accompli dans «Barry Lyndon», et c’était très important pour moi avec «El Norte», parce que je voulais que la lumière dans «El Norte» fasse une déclaration politique, si vous voulez – une déclaration artistique, déclaration culturelle – parce que les personnages principaux, Rosa et Enrique, sont issus d’un monde de bougies et de kérosène. Ils n’avaient pas de lumière électrique dans leur village au Guatemala. Ils ne rencontrent pas de lumière électrique avant d’arriver aux États-Unis et je voulais que la lumière du film reflète cela.

Quand il a vu «El Norte», il a répondu: «Oui! Enfin, nous avons un cinéaste qui comprend ce que j’essayais de faire avec «Barry Lyndon». J’essayais vraiment d’inspirer d’autres cinéastes à utiliser cette technique d’éclairage naturel pour leurs films.

Nous avons beaucoup parlé de l’éclairage et de la façon dont l’éclairage était utilisé pour faire des déclarations émotionnelles et psychologiques. On parlait beaucoup des mouvements de caméra. Il était très intéressé par l’histoire et moi aussi. On parlait beaucoup de Jules César et des stratégies de la bataille d’Alésia pendant les guerres gauloises. Nous sommes allés un peu partout, et nous sommes devenus très proches, et je suis resté ami avec lui pendant de nombreuses années.

★★★★★

A lire également