FOX’s The Great North is Pretty Good | TV/Streaming

Actualités > FOX’s The Great North is Pretty Good | TV/Streaming

Si «Bob’s Burgers» est la comédie familiale de la ville, «The Great North» est son homologue country. Le fantastique Nick Offerman joue Beef Tobin, un pêcheur et père divorcé de quatre enfants vivant en Alaska. Le boeuf valorise la famille avant tout, comme défini dans la première de la série, qui a déjà été diffusée dans un «aperçu avant-première» et est maintenant disponible sur Hulu (tout comme le deuxième épisode… techniquement, la «première de la saison» le 14 févriere est l’épisode trois et puis il sera hebdomadaire à partir de là). Dans la première, Beef panique quand il découvre que sa fille Judy (Jenny Slate), âgée de 16 ans, a trouvé un emploi au centre commercial parce qu’il est tellement protecteur de garder le clan Tobin ensemble à tout moment. Si la série a une piste, c’est Judy, qui dirige la plupart de la narration avec sa combinaison d’optimisme aux yeux écarquillés et de grand cœur. Elle a un peu de la Sue Heck de « The Middle » truc en cours et Slate cloue le ton si elle panique en embrassant un garçon à l’école ou en parlant à son BFF imaginaire Alanis Morissette (exprimé par la chanteuse elle-même).

Slate et Offerman sont accompagnés d’un groupe de rock star de talents vocaux qui comprend Will Forte dans Wolf Tobin, Paul Rust dans Ham Tobin et Aparna Nancherla dans Moon Tobin, dont le port constant d’une tenue d’ours ressemble à un clin d’œil direct aux oreilles de lapin de Louise. dans «Bob’s Burgers». Wolf est fiancé à Honeybee Shaw (Dulcé Sloan), qui a déménagé de Fresno en Alaska pour être avec lui tandis que Ham est ouvertement gay et soutenu par sa famille. Ces spectacles ont tous une vision très ouverte du monde qui met en valeur les relations et la famille sans se sentir cliché dans la façon dont ils le font et «Le Grand Nord» ne fait pas exception. C’est le genre d’émission qui a un sens de l’humour complètement imprévisible – l’épisode de cette semaine met en vedette Ham and Beef essayant d’organiser une fête sur le thème de «Shrek» sans l’avoir vue, par exemple, avec des résultats incorrects, disons simplement. les blagues émergent d’une dynamique familiale chaleureuse et solidaire.

L’écriture doit être un peu affinée mais c’est normal pour une sitcom, même animée. (La première saison de « Bob’s Burgers » n’est pas bonne.) Parfois, il faut du temps pour comprendre les forces d’un casting de voix et pour eux de construire leurs personnages. Dans les quatre épisodes disponibles de «The Great North», certains des Tobin se sentent encore un peu indéfinis et j’attends que la distribution vocale et les scénaristes se gélifient un peu mieux, mais je suis à peu près certain que cela se produira avant le fin de la première année. Et la seule chose qui est si agréable à voir, même en ces premiers jours de formation, c’est qu’aucune des blagues sur «Le Grand Nord» ne semble bon marché ou prévisible. L’humour ici est inattendu et souvent intelligent d’une manière qui le distingue des autres spectacles animés modernes. Eh bien, au moins de tout sauf «Bob’s Burgers» et «Central Park».

Quatre épisodes examinés pour examen.

https://www.youtube.com/watch?v=TocFbbMHPA4

★★★★★

A lire également