Female Filmmakers in Focus: Anisia Uzeyman and Saul Williams on Neptune Frost | Interviews

Actualités > Female Filmmakers in Focus: Anisia Uzeyman and Saul Williams on Neptune Frost | Interviews

SW : Portant ces énormes tambours sur la tête.

AU : Il était comme ceux-ci sont mes amis.

SW : Ce sont mes amis et ils ont également traversé la frontière.

AU : Ils avaient traversé la frontière avec leurs énormes tambours, et essayaient de trouver leur place et de partager leur art à Kigali. Ensuite, nous avons rencontré Cheryl Isheja, qui joue Neptune, l’un des Neptunes, lors d’un événement. Nous l’avons vue et nous nous sommes demandé si vous vouliez essayer ça ? Finalement, nous avons découvert qu’elle était déjà DJ, beat maker, chanteuse et qu’elle faisait déjà partie intégrante de la scène locale.

SW : Donc, Anisia organisait des tests d’écran à ce moment-là. Nous amenions les gens à l’endroit où nous logions et Anisia faisait des tests d’écran avec les acteurs et avec les batteurs.

AU : En 2016, je dirais que la moitié de notre casting était déjà là, ce qui nous a permis de travailler plus longtemps avec eux.

SW : Les histoires qu’ils ont partagées avec nous ont influencé l’écriture du scénario, car le scénario n’a pas été fait. A cette époque, la musique n’était pas terminée. À cette époque, nous faisions même des enregistrements là-bas pendant qu’ils racontaient leurs histoires. Cela a donc été intégré à une partie de la narration, même si nous avions un concept étoffé et l’histoire que nous savions que nous racontions, leurs histoires trouvaient toujours un moyen d’y entrer. Nous avons également rencontré notre costumier, au cours de la première semaine là-bas, Cedric Mizero, qui juste après notre première rencontre, et nous lui racontant ce que nous pensions et à propos de l’histoire, s’est présenté à la deuxième rencontre avec des sandales faites de cartes mères. Et nous étions comme, d’accord, vous l’avez compris.

AU : Il avait 22 ou 23 ans à l’époque. Je dirais que l’histoire a juste attiré les gens. C’est vrai qu’on n’est pas rentré dans le casting habituel. Fait très intéressant, l’histoire et le matériel que nous étions prêts à explorer attiraient les bonnes personnes. C’était juste comme, l’un après l’autre.

SW : Vous devez rencontrer un tel, donc vous devez connaître un tel, je vais faire venir un tel.

AU : Nous n’avions pas de directeur de casting, par exemple.

J’adore cette histoire sur les batteurs, qui me rappelle la façon dont le mouvement de la caméra capture vraiment le pouls de la musique. Comment avez-vous développé le tournage des séquences musicales ?

★★★★★

A lire également