Feel the Love: Ayoka Chenzira on Alma’s Rainbow | Interviews

Actualités > Feel the Love: Ayoka Chenzira on Alma’s Rainbow | Interviews

J’ai tenu des auditions à New York et j’ai vu environ 500 personnes. Kim Weston-Moran lisait les côtés des acteurs et à un moment donné, je l’ai juste regardée et j’ai dit: « Kim, tu devrais jouer Alma. » C’est ainsi que Kim est devenue Alma. Victoria Platt, qui joue Rainbow, a auditionné. Elle était jeune et très, très forte, très, très forte. En tant que jeune, elle était tellement généreuse lors de l’audition. Nous avons choisi quelqu’un comme Ruby et ils ont dû abandonner, alors je cherchais quelqu’un pour jouer ce rôle. Tout le monde a dit: « Tu dois parler à Mizan [Nunes]”. Alors quelqu’un a passé un coup de fil, je suis allé à son appartement au village. Elle a auditionné et sur le coup je l’ai embauchée. Au départ, Cassandra Wilson avait été engagée pour jouer Ruby, mais elle a eu l’opportunité de partir en tournée et de chanter et c’était l’une de ces opportunités qui s’est présentée au bon moment dans sa vie, et nous l’avons donc laissée résilier son contrat.

En parlant de chant, vous avez écrit la chanson que Ruby chante au salon funéraire. Quelle était l’inspiration derrière cela?

Il fut un temps où je voyageais beaucoup en Europe. C’était tellement intéressant, la sensibilité, où l’on voyait beaucoup d’interprètes qui avaient plus de personnalité que de talent. C’était tellement évident pour moi que les personnalités étaient grandes, flamboyantes et audacieuses, mais le talent n’était pas là. Ils chanteraient faux ou de manière arythmique – et pas dans le bon sens. Ruby est une personne qui vit vraiment de sa personnalité, à bien des égards. Ce n’est pas Joséphine Baker. Elle l’admire, mais ce n’est pas ça. Elle n’a pas une grande voix chantante, mais elle a beaucoup de culot. Je voulais donc écrire une chanson un peu bizarre, à bien des égards, mais à laquelle elle se sentait tellement attachée qu’elle lui a tout donné à ce moment-là.

Une autre partie que j’ai trouvé vraiment frappante était la façon dont vous avez présenté Rainbow en liant ses seins. Vous ne voyez pas souvent des filles représentées dans des films qui ne sont pas préparées à la puberté, qui ne veulent pas que les gens soient au courant de leur puberté, et puis évidemment, elle a son cycle menstruel, et j’ai pensé que la façon dont vous avez géré ce choc était vraiment intéressante.

Au cours de mes propres années de développement, je me souviens de certains types d’histoires que j’ai entendues dans le salon de beauté de ma mère à propos d’hommes, de violence domestique, d’infidélité. Au début, j’ai en quelque sorte décidé, ou peut-être que cela a été décidé pour moi, que j’étais classé dans cette catégorie de garçon manqué. J’aime beaucoup le sport. J’étais un enfant très physique. J’avais beaucoup d’amis masculins qui grandissaient et je les ai vus commencer à changer. Je me sentais donc plus à l’aise dans des vêtements amples, des vêtements qui ne révélaient pas le corps. Je ne voulais parler à personne de mon corps. Je ne voulais pas qu’on me parle de mon corps. Je sais qu’une partie de cela est liée à certaines des décisions que j’ai prises pour le personnage de Rainbow.

★★★★★

A lire également