Magical Feelings of East Meets West: Sion Sono on Prisoners of the Ghostland | Interviews

Actualités > Magical Feelings of East Meets West: Sion Sono on Prisoners of the Ghostland | Interviews

Mais le casting de Cage sert de présage au style gonzo du film; l’acteur a longtemps été connu pour avoir joué des personnages excentriques et au cœur fou dans un tarif de genre aventureux, et il a doublé ces manœuvres de carrière folles ces dernières années, de Panos Cosmatos à l’acide rouge profond « Mandy » et au fou de Richard Stanley « Color Out of Space »adaptation au prochain« Willy’s Wonderland », dans lequel il affrontera des animatroniques démoniaques dans un centre de divertissement familial de type Chuck E. Cheese.

«Ghostland» est finalement un mariage de fusil de chasse entre les sensibilités extravagantes du réalisateur et de la star – dont aucun ne montre des signes de douceur avec l’âge.

Remarque: Cette interview a été menée par un traducteur et a été révisée par souci de cohérence.

Je sais que vous aviez déjà voulu faire vos débuts à Hollywood avec «Lords of Chaos», il y a dix ans. Faire un film en anglais signifie-t-il quelque chose de différent maintenant de ce que cela aurait signifié à l’époque?

Comparé à il y a 10 ans, avec «Lords of Chaos», mon sentiment et mon enthousiasme à l’idée de faire un film hollywoodien n’étaient pas différents. C’est le même sentiment. Mais celui-ci, «Prisoners of the Ghostland», même si c’est avec Nicolas Cage et c’est mon premier film en anglais, [ended up] tournage au Japon. C’était en fait un sentiment assez drôle et étrange, étant donné les endroits où nous voulions tourner le film pendant autant d’années. Je me suis dit: « Est-ce vraiment mon premier soi-disant film hollywoodien américain? »

«Prisoners of the Ghostland» semble être un début particulièrement incroyable à faire en anglais, car il mélange tous ces genres occidentaux, samouraïs et thrillers d’une manière qui parle vraiment de cette idée d’échange interculturel «East meets West» . Comment avez-vous décidé de quoi puiser et quels genres vous ont influencé?

Tout d’abord, j’aimerais expliquer que nous prévoyions de tourner au Mexique, pour créer un type de ton classique, Spaghetti Western. Mais j’ai eu une crise cardiaque, et cela n’a pas tout à fait permis de sortir du pays. Tout le monde, y compris Nicolas Cage, a dit: «Pourquoi ne pas tourner au Japon?» Tout le monde a semblé aimer ça, et nous avons donc fini par le faire.

★★★★★

A lire également