The Forgiven

Actualités > The Forgiven

Ils sont tous beaux, délicieusement habillés et insipides, les étrangers qui ont traversé le désert marocain pour un week-end de débauche dans « The Forgiven ».

Indépendamment de leur état civil, de leur orientation sexuelle ou de leur pays d’origine, ces personnes sont horribles sans exception. Il n’y en a pas un qui rachète dans le groupe, pas un avec qui vous voudriez passer du temps – enfin, peut-être Christopher Abbott, parce qu’il est le plus difficile à cerner, et donc ses terribles traits ne sont pas aussi prononcés. Il a également l’air plutôt fringant dans un smoking. C’est ce genre de fête, du moins jusqu’à ce qu’ils commencent à faire des lignes de coke sur la table basse.

Le scénariste / réalisateur John Michael McDonagh veut que nous ressentions du mépris alors qu’il fait la satire du racisme et du classisme des riches occidentaux exploitant le Moyen-Orient comme destination exotique. Ils ne considèrent pas les habitants comme des êtres humains, comme le révélera un accident mortel, et ils n’ont pas beaucoup de temps pour les sentiments ou les traditions des Marocains. Ils ne font que plonger un orteil dans ce monde et ignorer les dégâts qu’ils ont laissés dans leur sillage. Et McDonagh, en adaptant le roman de Lawrence Osborne en 2012, utilise leur dialogue franc comme un gourdin comme si leurs actions à elles seules n’étaient pas suffisantes. Il n’y a peut-être pas grand-chose pour ces personnes, mais elles déclarent constamment leur vide de la manière la plus articulée.

« J’aime ça ici », déclare Abbott en tant qu’analyste financier new-yorkais Tom Day. « C’est comme un pays où un homme inutile pourrait être heureux. » Ou comme le dit un célèbre romancier marocain joué par Imane El Mechrafi : « Les gens disparaissent ici. Ils disparaissent tout simplement.

Mais dans le personnage de Ralph Fiennes, McDonagh présente la possibilité d’évolution et même de rédemption. D’ici là, cependant, il sera peut-être trop tard.

David de Fiennes et Jo de Jessica Chastain sont un couple misérablement marié qui a voyagé de Londres pour rendre visite à un vieil ami à eux : Richard (un Matt Smith ricanant), qui rénove une villa tentaculaire à quatre heures de Tanger avec son partenaire américain, un jour -ivre nommé Dally (Caleb Landry Jones). Nous pouvons dire rapidement que leur mariage s’effiloche à cause de leurs expressions ennuyées et de la façon dont ils se chamaillent discrètement lorsque David astique une bouteille de vin blanc à l’hôtel. Il n’y a pas d’étincelle dans ce combat : c’est comme une habitude. (Il s’agit d’une dynamique mari-femme très différente de celle partagée par Fiennes et Chastain dans « Coriolanus ».) Ainsi, lorsqu’ils se retrouvent perdus et confus pendant le long trajet nocturne jusqu’au domaine éloigné de Richard – et qu’ils écrasent accidentellement un appauvri adolescent vendant des fossiles sur le bord de la route, le tuant instantanément – le traumatisme ne manquera pas d’aggraver cette rupture.

Mais d’abord, David et Jo doivent assister à une soirée où ils doivent prétendre que tout va bien. Les autres invités incluent Abbey Lee en tant que fêtarde australienne qui saute dans la piscine dans sa robe à paillettes; Marie-Josée Croze en tant que photographe française moralisatrice qui fait de larges généralisations sur les Américains ; et Alex Jennings en tant que seigneur britannique qui arrive en retard avec un groupe de jolies femmes beaucoup plus jeunes.

Ce sont des gens insouciants, pour paraphraser F. Scott Fitzgerald, jusqu’à ce que le père du garçon se présente de son village pour faire au moins attention à David. Ismael Kanater joue Abdellah dans une performance qui semble courageusement silencieuse et stoïque au début, presque stéréotypée, mais qui finit par révéler une douleur et une rage frémissantes. Abdellah insiste pour que David revienne avec lui chez lui pour aider à enterrer le garçon, nommé Driss, comme c’est leur coutume. La réaction immédiate de David révèle son fanatisme : « Ils pourraient être f ** king Isis pour autant que je sache. » Mais finalement, il cède, avec l’intention de ne partir que du jour au lendemain et de payer cette famille – à contrecœur – pour ses ennuis.

De là, McDonagh (frère de Martin McDonagh, l’auteur de « In Bruges » et « Three Billboards Outside Ebbing, Missouri ») alterne entre le voyage de David vers le pardon et les bouffonneries ivres à la villa. Alors que les invités échangent des bons mots de garce entre des gorgées de leurs cocktails – et que Jo profite d’un flirt amusant et sexy avec Tom pendant que son mari est absent – David apprend de son exposition à cette famille et commence à accepter l’erreur de ses manières.

Une situation est tout aussi superficielle que l’autre, cependant. Il y a peu de choses précieuses pour l’un de ces personnages, et donc la possibilité qu’ils puissent changer du tout à cause de cette série d’événements traumatisants ne semble pas méritée. Chastain est cool et glamour dans le rôle de Jo, qui a eu la prévoyance d’apporter plusieurs paires de lunettes de soleil de marque pour cette escapade du week-end au milieu de nulle part. Et après avoir travaillé avec Aaron Sorkin, Chastain connaît clairement son chemin autour de ce genre de dialogue musclé. Mais au-delà de son apparence impeccable et du fait qu’elle a été auteur de livres pour enfants, nous ne savons rien d’elle. Il n’y a aucun enjeu quand il devient clair que toute la vie de Jo est sur le point d’être bouleversée ; c’est plus une curiosité passagère, comme son badinage avec Tom.

Le film de McDonagh est bien conçu, mais n’a finalement rien de nouveau ou de perspicace à dire sur la laideur du privilège blanc. C’est comme assister à une bacchanale le week-end et oublier ce qui s’est passé une fois le lundi matin arrivé, ou peut-être ne pas vouloir s’en souvenir.

Maintenant à l’affiche dans les salles.

★★★★★

A lire également