De Humani Corporis Fabrica Avis critique du film (2023)

Actualités > De Humani Corporis Fabrica Avis critique du film (2023)

« De Humani Corporis Fabrica » ​​- le titre latin signifie « Sur le tissu du corps humain » – n’est pas une image aussi révolutionnaire. Mais c’est une question convaincante et peut-être importante. Pas tant à cause de ce qu’il montre, même si ce qu’il montre peut à juste titre être décrit comme choquant et galvanique. (De même, il m’est venu à l’esprit que si vous êtes un mangeur de viande, vous devriez être capable de gérer certaines des images ostensiblement extrêmes.) C’est à cause de la proximité dans laquelle cela vous place avec les médecins et les techniciens coupant les malades. On ne les voit pas très souvent, mais on les entend. Le film s’ouvre sur un dialogue de femmes invisibles parlant de l’épuisement professionnel qu’elles éprouvent en travaillant dans une unité de soins intensifs. On parle d’un jeune patient souffrant d’une maladie intestinale qui va le tuer et du fait choquant qu’il est aux soins intensifs depuis plus de 100 jours. Une chose qui améliore la misère de ces travailleurs est que les patients des soins intensifs sont généralement à court terme – 10 jours maximum. Cela les empêche de s’attacher trop à leur cas. Sinon, c’est un chagrin au-delà de ce qu’ils endurent déjà. Le témoignage est déchirant.

D’autres choses ne sont pas si inspirantes. Le badinage lors d’un cathétérisme, par exemple. Ou le dialogue pendant l’opération de la prostate, y compris le «c’est une énorme prostate» répété et la seule chose que vous ne voulez certainement pas entendre pendant l’opération, «je suis un peu perdu ici». Ces gardiens ne sont que trop humains. Le film transforme en quelque sorte cela en une raison de les admirer d’autant plus.

En dehors des salles de chirurgie, c’est un chagrin affreux : de vieux patients atteints de démence ou d’autres formes de troubles mentaux errant dans des couloirs faiblement éclairés, chuchotant « tais-toi » à des compagnons qui ne parlent même pas, appuyant de manière obsessionnelle sur les boutons d’ascenseur.

Paravel et Castaing-Taylor sont des réalisateurs de documentaires ostensiblement immersifs qui offrent aux téléspectateurs peu de conseils conventionnels. Il n’y a pas de narration, pas de chyrons indiquant où vous êtes et pas d’interviews à tête parlante qui fournissent un contexte. Vous êtes simplement jeté dans la piscine ou dans la mer, comme dans leur célèbre « Leviathan » de 2012, une exploration de la pêche commerciale. J’ai trouvé l’un de leurs derniers films, le « Caniba » de 2017, sur un meurtrier/cannibale, un coup dur et arrogant.

Certains passages de ce film ont une sonnerie d’arrogance « nous allons vous FAIRE regarder ça », mais je pourrais juste projeter. En vieillissant, vous passez beaucoup plus de temps dans les hôpitaux, à vous occuper d’êtres chers malades et/ou mourants ou à subir vous-même des procédures médicales. Interrogez-moi sur ma néphrolithotomie percutanée quelque temps! Plus d’une fois en regardant cette photo, j’ai pensé : « Je n’ai pas besoin de voir ça, je l’ai vécu. Mais j’aurai 64 ans cette année. Les collégiens à ma projection, présents dans le cadre de leur cours de documentaire, ont pensé que c’était génial. Et c’est pédagogique. La prochaine fois que vous parlerez à quelqu’un qui vous dira qu’il a une tige d’acier qui redresse sa colonne vertébrale, vous saurez comment il est arrivé là et vous serez heureux de ne pas avoir à passer par le processus.

À l’affiche dans certains cinémas.

★★★★★

A lire également