Copenhagen Cowboy Avis critique du film (2023)

Actualités > Copenhagen Cowboy Avis critique du film (2023)

Angela Bundalovic donne une performance largement d’une note (intentionnellement) en tant que Miu, le héros au visage de pierre de ce voyage dans le monde criminel. Elle ne parle pas beaucoup, ne sourit pas beaucoup et ne fait pas grand-chose. En fait, Refn se contente que de gros morceaux de « Copenhagen Cowboy » s’attardent simplement sur son visage inexpressif alors que les choses se passent autour d’elle. Son personnage se développe selon les besoins plus tard dans la série par l’histoire, mais elle est une ardoise tellement vierge depuis si longtemps qu’elle draine tout élan potentiel. Refn et les écrivains Sara Isabella Johnson, Johanne Algren et Mona Masri donnent même à l’héroïne portant un survêtement bleu une teinte surnaturelle alors qu’elle est présentée comme un porte-bonheur littéral acheté par une femme qui veut tomber enceinte et croit qu’elle a le le pouvoir de faire en sorte que cela se produise. À part quelques scènes de combat, Miu existe sur un plan différent de ce qui se passe autour d’elle, un choix narratif audacieux mais qui ne correspond pas au style de Refn, qui peut déjà se sentir détaché et qui est maintenant encore plus éloigné de la réalité. Il ne serait pas surprenant que Miu disparaisse dans une scène ou tire des lasers de ses yeux morts car il n’y a pas de monologue interne ni de raison au personnage, ce qui devient un peu épuisant.

« Copenhagen Cowboy » s’ouvre sur la vente de Miu à la femme susmentionnée qui veut un enfant. Elle dirige un bordel clandestin dominé par la violence. Tout au long des aventures de Miu dans la pègre de Copenhague, Refn commente les instincts de base de l’homme, les comparant souvent aux animaux. Lorsqu’un sous-fifre est battu, le mixage audio passe aux sons de porc pour ses cris de douleur. Le père d’un tueur vicieux n’arrête pas de parler de sa queue, demandant même à Miu s’il veut voir « l’atout culturel » entre ses jambes. On a l’impression que « Copenhagen Cowboy » est que Refn prend son héros archétype masculin macho et voit ce qui se passe avec un échange de genre, mais il ne creuse pas assez loin dans cette idée. La plupart des idées de « Copenhagen Cowboy » sont sous-développées, et Refn répète plus qu’il ne réinvente.

Il répète également stylistiquement, lavant « Copenhagen Cowboy » dans des bleus et des rouges fluo brillants. Travaillant avec le directeur de la photographie Magnus Nordenhof Jonck, Refn adopte une approche languissante de la narration visuelle, permettant à sa caméra de faire lentement le tour d’une pièce en grande partie vide jusqu’à ce qu’elle trébuche presque sur une composition. Refn aurait révélé que le titre n’avait rien à voir avec cette émission étrange et creuse et qu’il aimait juste le son des deux mots qu’il avait choisis avant même de commencer à écrire. Ce processus semble capturer la profondeur de tout ce projet, qui joue avec beaucoup d’éléments intéressants mais qui s’amuse si peu à le faire.

Toute la saison projetée pour examen. Premières sur Netflix le 5 janviere.

★★★★★

A lire également